Pour une histoire des inondations et de la vulnérabilité dans la vallée de l’Escaut

Si les politiques de prévention du risques (PPRI) sont aujourd’hui au coeur des réflexions des gestionnaires et des politiques régionales au sein de la vallée de l’Escaut, la question n’est pas neuve et trouve ses racines plusieurs siècles auparavant où la question des inondations constituait déjà un problème majeur pour les populations riveraines depuis plusieurs siècles. L’étude des inondations anciennes, de leurs causes, leurs conséquences et les moyens mis en oeuvre pour remédier à celles-ci éclaire sur la compréhension du territoire actuel. Les situations passées peuvent aider les acteurs de l’environnement d’aujourd’hui à mieux saisir ce phénomène sur le temps long et à mieux comprendre et gérer les enjeux actuels, d’anticiper certaines situations et d’élaborer des stratégies et prospectives tenant compte de cet héritage passé. C’est pourquoi, dans l’objectif d’éclairer le présent, nous nous proposons de retracer une brève histoire des inondations dans la vallée de l’Escaut, des moyens humains (fonctionnaires, ingénieurs, ouvriers), techniques (assèchement des marais, endiguement) et juridiques (traités et règlements spécifiques) mis en oeuvre pour lutter contre les crues récurrentes, assécher les terres et développer le territoire tout en assurant le maintien des activités (économiques, commerciales, artisanales, agro-pastorales etc.) entre la fin du Moyen Age et l’époque contemporaine.

L’ Escaut a une propension naturelle au débordement par sa faible pente et le profil très plat de son lit majeur. Sa vallée est de ce fait ponctuée par la présence de nombreuses zones humides et méandres, notamment dans sa section comprise entre Valenciennes et Condé, marquée par une déclivité quasi-nulle du cours d’eau. De plus, les aléas hydroclimatiques, à savoir les fortes pluies, la fonte des neiges, les orages entraînent des crues saisonnières récurrentes. Les villes de la vallée du Haut-Escaut, Cambrai, Bouchain, Valenciennes, Condé, Tournai font régulièrement face à des débordements depuis le XIIIe siècle, et ce jusqu’au XIXe siècle (Leguay, 2014). Les chroniques des historiens de l’époque, les sources écrites, iconographiques (enluminures, aquarelles) et cartographiques rapportent ces débordements fréquents du fleuve en détaillant l’impact de ceux-ci sur les riverains.

Si la fréquence des crues est relativement bien documentée par la date de chaque événement, leur intensité, c’est-à-dire leur importance, l’est beaucoup moins. L’imprécision et la subjectivité des sources pour la période moderne permettent peu de quantifier ce phénomène. Toutefois, la mémoire du risque transmise de génération en génération permet de retenir certaines inondations « extraordinaires » telles l’inondation de 1532 à Valenciennes, illustrée par l’enlumineur Hubert Cailleau. L’inondation en ville reste un phénomène surprenant et spectaculaire qui laisse de nombreux témoignages écrits qui fournissent en général une description détaillée des événements et de leurs conséquences. Ces récits commencent souvent par une description des causes de la montée des eaux (dégel, orage, fortes pluies) puis détaillent la progression de l’inondation dans la ville et ses conséquences sur les habitations, les rues et les édifices publics, les biens personnels et les activités économiques avec un accent mis sur la détresse de la population face à la catastrophe. Le champ lexical du religieux est souvent utilisé : « fléau », « calamité », « désastre » sont là pour renforcer le caractère catastrophique et renvoient le plus souvent au récit du Déluge. Tel est le cas pour l’inondation de 1532 touchant les villes de l’Escaut (Cambrai, Valenciennes), considérée par la population comme une punition divine. Les crues en villes ont souvent des conséquences désastreuses, ruinent les maisons, les activités économiques et mettent en péril la vie des habitants. En milieu rural, les crues sont tout aussi dévastatrices puisqu’elles emportent les granges, foins, noient les terres, les prairies et tuent le bétail. Au cours du 18e siècle, les terres de la plaine humide de l’Escaut comprises entre Valenciennes et Condé sont régulièrement sous les eaux, ce qui a encouragé les autorités et les communautés riveraines à entreprendre d’importantes campagnes d’assèchement des terres et de rehaussement des digues.

L’ étude de la documentation écrite témoigne de travaux d’assèchement et de protection contre les inondations dès les XIIe-XIIIe siècles, souvent entrepris par les communautés religieuses  et les autorités seigneuriales pour drainer les terres et les rendre cultivables et constructibles. L’abbaye de Vaucelles, dans le Cambrésis, aurait ainsi effectué dès travaux d’écoulement des eaux dès sa fondation au XIIe siècle. Dans la région de Condé, la présence de fossés est attestée dès le XIIIe siècle (fossé de Thivencelle). Ces dates coïncident avec les travaux d’assèchement effectués dans la vallée de la Scarpe à la même période et réalisés par les abbayes (Saint-Amand, Hasnon) dans un contexte de croissance démographique où le besoin en terres arables s’accroît fortement (Deligne, 1998).

Les fouilles archéologiques menées dans la vallée témoignent de réseaux de fossés de drainage à la fin du Moyen Âge, voire plus tôt. De nombreux canaux sont creusés dans le Cambrésis, le Valenciennois et le Tournésis. Leurs mentions dans les textes commencent à être de plus en plus fréquentes à partir des XVIe-XVIIe siècles, moment où les travaux d’assèchement sont intensifiés. La région de Condé, très humide, frappée par les crues récurrentes, constituent l’une des régions comportant le plus de canaux d’assèchement (canal de la Savernière, canal du Jard).  Elle constitue l’un des secteurs de la vallée de l’Escaut où l’enjeu de protection contre les inondations est l’un des plus importants avec une contradiction : la volonté d’assécher les terres et prairies régulièrement dévastées par les crues tout en maintenant la pratique de l’inondation défensive, au nom de la défense du royaume, dans une zone frontalière particulièrement stratégique qui sera intégrée au royaume de France après la paix de Nimègue (1678).

À partir de la Conquête française de 1676-1677, les ingénieurs  du roi commencent le percement de nombreux canaux et fossés de drainage afin d’éponger les terres humides et faciliter l’évacuation rapide des eaux en cas de crue et lors des inondations militaires. Ce système se structure et se complexifie au XVIIIe siècle avec l’ajout de canaux de décharge et d’aqueducs au point de complètement quadriller le paysage de la vallée de l’Escaut. Une grande campagne de drainage est réalisée dans les années 1730 suite au traité de Crespin signé le 15 juin 1731 à l’abbaye éponyme qui apporte les résultats espérés. Ces travaux s’accompagnent du développement de tout un arsenal législatif pour imposer un entretien régulier du système hydraulique, réglementer l’aménagement et lutter contre les pratiques illicites (labours sur digues, barrages sauvages, buses placées illégalement). Cependant, ces mesures se heurtent aux usages locaux qui persistent et font fi de ces règlements qui heurtent leurs pratiques. Des infractions et délits sont perpétrés par les communautés rurales, les habitants ne veillent pas toujours à l’entretien des canaux ce qui conduit à un échec de cette première politique de drainage marquée par une recrudescence des inondations vingt ans plus tard, vers 1750. Pour pallier le problème, les travaux d’assèchement sont couplés à de grands travaux de modification de l’Escaut. Plusieurs redressements de méandres sont effectués pour donner un cours direct à la rivière afin de la rendre navigable et contrôler son débit et son lit est élargi, approfondi et endigué. Cependant, la volonté de l’État se heurte à la population locale qui s’oppose à la canalisation de l’Escaut. Néanmoins, la volonté royale s’impose sur celle des riverains et les travaux de canalisation sont maintenus et poursuivis jusqu’à la fin du siècle de même que les opérations de dessèchement.

Le XIXe siècle est quant à lui marqué par la poursuite des politiques d’assèchement et de canalisation engagées au siècle précédent à la seule différence que les zones humides sont désormais gérées via un syndicat et une commission de dessèchement (Syndicat de de dessèchement de la vallée de la Haine et de l’Escaut) composés des différents propriétaires des prairies humides, significatifs d’un retour à une gestion locale cette fois plus concertée. Une nouvelle phase de travaux de modification de l’Escaut (redressement, endiguement) et de ses marais voit le jour à partir de 1830 qui met en application les dernières prouesses en matière d’ouvrages d’art (écluses à sas, aqueducs siphon, bras de décharge, etc.). Il faut cependant attendre l’achèvement des travaux de canalisation et de drainage à la fin du siècle, les assèchements mécaniques (Condé-sur-l’Escaut) ainsi que le recouvrement progressif des rivières et des canaux urbains aux XIXe-XXesiècles pour mettre fin durablement aux inondations et à cette vulnérabilité longue des sociétés riveraines de l’Escaut.

Le paysage actuel de la vallée de l’Escaut résulte de ces intenses transformations effectuées sur le temps long. L’intensité des assèchements à conduit à la raréfaction des zones humides encourageant les politiques de préservation à différents niveaux (PNR Scarpe-Escaut, Espaces naturels sensibles, SAGE-Escaut). Les rares canaux de drainage (canal du Jard) encore présents sont intégrés au patrimoine culturel et naturel. Les roselières sont protégées et font l’objet de mesures spécifiques de protection et de valorisation.

La canalisation de l’Escaut et le recouvrement progressif de ses bras en milieu urbain aux 19e et 20e siècles, notamment dans les villes de Cambrai et Valenciennes,  a conduit à faire disparaître la rivière du paysage urbain au nom de la protection contre les inondations et de la salubrité publique. La question de la requalification et de la réintégration des anciens cours d’eau urbains est aujourd’hui au coeur des réflexions. De nombreuses mesures ont été prises pour faire redécouvrir et mettre en valeur les fronts d’eau de la vallée mais les politiques restent essentiellement centrées autour du canal de navigation en valorisant le tourisme fluvial. Certains bras morts ou anciennes portion du cours d’eau ont été restaurées (Parc de la citadelle à Valenciennes, Mortagne) mais, crainte du passée peut-être, l’eau reste absente de la ville malgré certains projets visant à réintroduire l’eau en centre-ville (Coulée Verte de Valenciennes, bases nautiques crées depuis les étangs d’affaissement). L’un des défis actuels est de permettre cette présence de l’eau en ville et de contribuer à renouer les liens entre les habitants et les cours d’eau en assurant la protection des riverains face au risque inondation.

L.D.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *