Actualité de l’archéologie dans la vallée de l’Escaut – septembre 2018

L’été 2018 a été marqué par plusieurs opérations archéologiques menées dans la vallée de l’Escaut amont. Tandis que l’exposition « Voyage au coeur de l’Escaut néolithique » mettait à l’honneur les 4 années d’archéologie programmée à Bouchain sur une ancienne berge de l’Escaut occupée à la Préhistoire récente, le chantier archéologique programmée du Château de l’Arsenal à Condé-sur-l’Escaut fêtait quant à lui ses 10 ans de campagne (2008-2018). Ces deux sites archéologiques en cours de fouille témoignent des avancées significatives dans la connaissance du passé de la vallée de l’Escaut, des premières occupations néolithiques aux aménagements de l’époque moderne.

Bouchain, rue Roger Darthois : voyage au coeur de l’Escaut néolithique

L’opération programmée de Bouchain, coordonnée par Gilles Leroy (DRAC – Service régional de l’Archéologie), s’inscrit dans un Programme Commun de Recherche sur la Préhistoire dans le bassin de l’Escaut. Les investigations, menées depuis 2008, ont permis d’identifier plusieurs site, dont celui de Proville et Wavrechain-sous-Faulx. La fouille de Bouchain est quant à elle consécutive d’un diagnostic mené en 2012 sur une parcelle voulé à un projet de lotissement finalement abandonné, le site étant classé en zone inondable.

L’archéologie préventive devient alors une archéologie programmée en 2014. La fouille a ainsi permis de déterminer ce site qui correspond à une zone de travail en marge d’habitat directement au contact de la plaine humide de l’Escaut et caractérisée par différentes activités d’exploitation du milieu : essartage, chasse, pêche, travail de la matière dure animale (bois et os de cervidés) et minérale (silex, grès), du bois (arcs en if, planches d’assemblage, bois brûlés), agriculture, élevage, activités artisanales (perles, alènes) etc. Ensuite, les observations géomorphologiques et paléoenvironnementales permettent de restituer partiellement le paysage ancien de la vallée (faune, flore, dynamique fluviale et morphosédimentaire), avec en outre une analysée poussée des bois par étude dendrologique et xylologique.

Bouchain, un site d’activité d’exploitation du milieu, en marge d’un ancien méandre, cl. Gilles Leroy, campagne 2017.
Exposition « Voyage au coeur de l’Escaut néolithique », organisée par la Ville de Bouchain et l’Association Bouchain Patrimoine, coord. Gilles Leroy, Laëtitia Deudon et Annie Bertout, DRAC – Ministère de la Culture 

La campagne archéologique de l’Arsenal – Condé-sur-l’Escaut

Organisée du 30 juillet au 25 août 2018, la campagne d’archéologie programmée du château a permis la mise au jour la contrescarpe du fossé de l’enceinte primitive, édifiée au confluent entre la Haine et l’Escaut (condate, a condando = confluence). Ensuite, le système de pieux et de madriers de fondation du mur d’enceinte a été mis en évidence.  Il s’agit d’un ensemble de pieux plantés et de madriers longitudinaux et transversaux, taillés en biseaux pour constituer un radier de fondation solide afin d’assurer la stabilité de la fortification édifiée directement dans le marais. Ces aménagements illustrent l’adaptation des constructions en milieu humide dans un environnement gorgé d’eau qui a pu être partiellement modifié et maîtrisé. 

Le fond du fossé et les pieux de fondation de l’enceinte du XIIIe siècle, cl. L. Deudon

Le diagnostic du quai de Rempart : sur les traces des aménagements de la Hainette

Dans le même temps, un diagnostic préventif mené par l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) a permis de dégager une partie de l’enceinte urbaine médiévale (XIVe) et l’ancienne voûte de la Hainette, dérivation naturelle ou artificielle de la Haine, qui rejoignait autrefois l’Escaut au pied du château de Condé.

Les observations d’Alain Henton et de son équipe a permis de souligner l’ancienneté de cette rivière et son rôle dans le développement de la ville qui s’est construite sur une partie de ses zones humides, par assèchements et remblaiements successifs. Rappelons que les cours d’eau et les zones humides étaient intégrés à la défense de cette place-forte frontalière, notamment par le déploiement de vastes inondations militaires dès le XVIe siècle. Hormis leur fonction militaire, les rivières – dont la Hainette – permettaient l’alimentation des différentes industries (moulins, tordoirs, brasseries), la navigation et l’approvisionnement en eau des riverains et des bêtes (abreuvoirs).

Les recherches historiques et archéologiques montrent les phases successives d’occupation et d’aménagement qui ont transformé le faciès paysager du bassin de l’Escaut avec plusieurs temps forts : les défrichements et la mise en place des espaces agropastoraux ( ca IVe millénaire – XIIe siècle), le développement des fortifications urbaines et castrales (XIIe-XVIIIe siècles), des systèmes  d’exploitation de la force hydraulique et les travaux de drainage impulsés par les abbayes et seigneuries (IXe-XIXe siècles), les travaux de canalisation de l’Escaut (XVIIIe-1970), les campagnes d’assèchement de marais (1680′-1880′) et l’industrialisation de la vallée (1730-…).

La synthèse différentes opérations archéologiques effectuées à Condé depuis plusieurs années (Arsenal, médiathèque le Quai, Place Delcourt, Quai du Petit Rempart), croisées aux recherches historiques, permettront d’en connaître davantage sur l’aménagement de l’Escaut et de la Haine et les principales temporalités d’évolution du paysage fluvial et d’aménagement du territoire. 

Bouchain, vallée de l’Escaut

Archéologie en vallée de l’Escaut
– de la Préhistoire à l’époque moderne –


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.