L’Escaut, une rivière de guerre (1914-1918)

L’Escaut, par sa situation historique de frontière tant naturelle que politique, a longtemps constitué un enjeu stratégique lors des guerres.
Le fleuve a effectivement été le théâtre d’importants conflits allant du Traité de Verdun (843) à la 2ème Guerre Mondiale (Batailles de l’Escaut : mai 1940, octobre-novembre 1944) , en passant par les guerres de Louis XIV et les guerres napoléoniennes, où le contrôle de la voie d’eau a été un élément essentiel dans la défense des territoires du Nord de la France, de la Belgique et des Pays-Bas. Lors de la 1ère Guerre Mondiale, les vallées fluviales du Nord (Escaut, Scarpe, Sensée, l’Agache) et de Picardie (Somme, Oise) ont été le théâtre de plusieurs batailles entre le front allié et l’offensive allemande. 

Carte du front occidental avec la localisation des principales batailles entre 1915 et 1918. Source : Bibliothèque et Archives du Canada

Les descriptions géographiques de la 1ère Guerre mondiale par les militaires

Les archives canadiennes de la 1ère Guerre Mondiale – l’armée canadienne ayant été très active sur le territoire du Nord (Libération de Cambrai – 9 octobre 1918, Corps expéditionnaire canadien), contiennent des descriptions géographiques des vallées de l’Escaut, de la Sensée, de la Scarpe et des canaux de navigation dans une optique militaire visant à connaître précisément le territoire et son réseau hydrographique dont la maîtrise sera déterminante lors de la 1ère Guerre Mondiale (Victoire du Canal du Nord, 27 septembre 1918) . Les vallées humides de l’Escaut et de ses affluents sont alors décrites comme des « marshy valleys », des vallées marécageuses, dont la traversée peut s’avérer difficile pour les soldats. Par conséquent, les militaires canadiens et britanniques étudient minutieusement les itinéraires à emprunter en fonction des contingences géographiques et pointent les obstacles causés par les rivières et les marais dans le mouvement des troupes (cavalerie). Les zones humides du bassin de l’Escaut s’avèrent difficilement praticables, exceptés à quelques points de franchissement repérés par les ingénieurs et militaires spécialisés.

Notes on the Area between the Scarpe, La Sensée Canal, Canal de l’Escaut and Cambrai – Bapaume Road, Bibliothèque et Archives du Canada. 

« The ESCAUT rises South-west of LE CATELET and is the main feeder of the canal. Together with the canal it forms a serious obstacle. The bed varies from 15 to 40 feet in width, with banks from three to six feet in height, which are bordered by trees and small bushes […].
From CAMBRAI Northward the river is canalised. The ESCAUT canal has a breadth between banks of 66 ft. and at bottom 40 ft. The depth is 6 ½ to 7 ft. throughout […]
North of CAMBRAI approaches are restricted owing to numerous irrrigation ditches. The ground on the East bank is the vicinity of ESWARS is marshy and impracticable ».

Notes on the Country between the Canals of the Escaut, Sensée and Du Nord and the Grand Ravin, p. 4-5. 

Franchir la rivière en temps de guerre

Le franchissement des cours d’eau est déterminant en temps de guerre. Les points de franchissement sur l’Escaut sont finement étudiés par chaque camp afin de connaître et franchir aisément une rive à l’autre. Des cartes topographiques représentent les gués, ponts et autres « crossings »  permettant de traverser les rivières et canaux et de choisir les meilleurs retranchements en bordure des digues de l’Escaut. 

Maps showing Cuttings and Enbankments on the Cambrai-Douai Link – 19 septembre 1918, Echelle, 1/40000, Bibliothèque et Archives du Canada.

Afin de freiner l’avancée ennemie, les ponts sont régulièrement dynamités ou bombardés afin de couper la communication terrestre et fluviale.

Condé-sur-l’Escaut – Ruines du Pont Rouge sur l’Escaut, Guerre 1914-1918.
Source : Archives municipales de Valenciennes, legs Vanhove, 22 Z 53 105

Les armées jettent alors des ponts provisoires, souvent en bois, sur les rivières et canaux afin de traverser les principales voies d’eau du territoires. Là aussi, les militaires examinent les sites les plus propices à recevoir ces ponts militaires. Plusieurs ponts sont ainsi construits par les Canadiens, les Britanniques et les Allemands sur le Vieil-Escaut et le canal de Navigation, notamment dans le secteur de Cambrai, de Valenciennes et de Condé-sur-l’Escaut, cette dernière étant à la frontière France/Belgique.

« BRIDGING SITES
The best sites for throwing military bridges would be just at the locks or below the locks as the Canal would not be embanked ».

Notes on the Country between the Canals of the Escaut, Sensée and Du Nord and the Grand Ravin, ANC, RG-24, dossier 22006, p. 2
Bridge built by British Army upon the Escaut. Source : Bibliothèque municipale de Valenciennes, don Claude Martin, MAR4169.

Les inondations militaires

De surcroît, les inondations militaires permises par le contrôle des écluses et les ruptures de digues, permettent l’inondation des marais de la plaine humide et de freiner l’avancée des troupes. Aux mains des Allemands, le contrôle des inondations défensives est déterminant dans le secteur de l’Escaut : 

« The control of the waterways is in the hand of the enemy, who can utilise at will the water of the Scarpe, Sensée Escaut and Oise for inundations either in the Scarpe, Escaut pr Sensée Valleys ».

(Bibliothèque et Archives du Canada, RG-24- dossier 22006, Notes on the Area between the Scarpe, La Sensée Canal, Canal de l’Escaut and Cambrai-Bapaume Road). 

Le contrôle des niveaux d’eau des rivières et des marais fait l’objet d’une attention particulière d’autant que les eaux pluviales peuvent rapidement submerger le lit majeur de l’Escaut et de ses tributaires et ralentir la circulation des troupes. La destruction des écluses est également stratégique pour provoquer ou empêcher l’inondation et empêcher la communication par voie d’eau ou par la route en faisant rapidement monter les eaux sur les terres.

« The volume of water would be considerable and would flood the valley from the bend in the canal to COURCHELETTES for a width of at least 500 metres. The villages of GOEULZIN and FERIN would be submerged ».

Notes of the Valleys of the Scarpe and Sensee, prepared by the general Staff, Londres, 1917, Crown Copyright reserved
The lock gates and bridge, Canal de l’Escaut, mined by the Germans when driven from Cambrai by Canadians. November, 1918, Source : BAC-LAC, fonds photographiques

L’approvisionnement en eau potable est également important en temps de guerre pour les soldats et les animaux et les descriptions écrites repèrent les puits et plans d’eau tels que les étangs.

L’impact de la guerre 14-18 sur les aménagements et industries de l’Escaut

La 1ère Guerre Mondiale a eu un impact économique considérable qu’illustre la destruction des infrastructures hydrauliques et des usines situées sur l’Escaut. Les moulins et établissements industriels en bord de canal sont eux aussi bombardés ou contrôlés par les soldats allemands. La destruction des vannages, des bâtiments des moulins, l’abandon des usines a laissé de nombreuses photographies d’époque affichant un Escaut en ruines, où les activités du bord de l’Escaut ont aussi été impactées par les conflits. La mainmise sur ces industries par les Allemands est stratégique puisqu’elle permet de contrôler la production et de bloquer l’économie du territoire.

Vue des moulin Giard à Valenciennes et de ses vannages détruits, coll. part. 
Soldats dans les ruines du moulin Giard
Guerre Mondiale -Anzin, Tuyauterie Escaut et Meuse, BMV, don Claude Martin, MAR 5145

La destruction des aménagements hydrauliques, la construction des casemates, les obus tombés dans la rivière ont laissé des empreintes des deux Guerres Mondiales sur le territoire jusqu’à aujourd’hui : https://www.rtbf.be/info/regions/hainaut/detail_decouverte-d-un-obus-sur-le-chantier-de-l-ecluse-de-kain?id=9120763

L’histoire actuelle tend de plus en plus a tisser les liens entre guerre et environnement, entre eaux et conflits pour comprendre quel a été le rôle des cours d’eau dans ces conflits majeurs et l’impact environnemental des guerres sur la transformation des écosystèmes et le paysage actuel.

Le passé de l’Escaut a ainsi été jalonné par ces conflits qui ont façonné la particularité du territoire de la vallée, son caractère exceptionnel de rivière forgée par les guerres séculaires que les recherches historiques remettent au goût du jour. 

Bibliographie et liens Internet

  • DEUDON L., Géohistoire de la construction des territoires fluviaux. La vallée de l’Escaut et la vallée du Saint-Laurent, thèse de doctorat en cours de préparation, Université polytechnique des Hauts-de-France/Université de Montréal, recherches 2018.
  • DUDZINSKI F. Denain, Histoire d’un bassin industriel, Sutton, 2018.
  • OBLED E., Combats sur l’Escaut, 1955.
  • OBLED E, La Bataille de l’Escaut et de la Sensée, mai 1940, 2002.
  • Association Bouchain Patrimoine, « La Bataille de l’Escaut » : https://www.bouchainpatrimoine.com/la-guerre-39-45/la-bataille-de-mai-1940/

Une réflexion sur « L’Escaut, une rivière de guerre (1914-1918) »

  1. Article très intéressant !
    Je trouve qu’au cinéma, l’importance des rivières et des cours d’eau est souvent bien rendu, dans les films traitant de la guerre. Ca donne lieu à des scènes assez épiques pour la prise ou la destruction d’un pont. On a souvent l’impression que l’enjeu est vraiment décisif. Et je m’aperçois que c’est bien vrai en lisant cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.