— De la carpe au cygne — Une histoire environnementale des pratiques aquacoles en scarpe-escaut (xiie-xviiie siècles)

Les plaines de la Scarpe et de l’Escaut constituaient dans le passé une riche terre d’aquaculture. En effet, rivières, marais et étangs permettent l’élevage, la chasse et la pêche d’espèces variées : poissons (carpes, brochets, anguilles, esturgeons), crustacés (écrevisses), oiseaux d’eau (oies, canards, cygnes). A partir du Moyen Âge central, la pêche en rivière, en eaux vives, se double d’une pêche en étangs, c’est-à-dire en eaux stagnantes, qui résulte de nouvelles conditions hydrologiques des cours d’eau et de l’introduction de la carpe en Europe occidentale à partir de 1200. Dès lors, les viviers connaissent un développement important et marquent désormais le paysage fluvial médiéval en France et dans les régions septentrionales des anciens Pays-Bas (Flandre, Artois, Hainaut, Brabant), au coeur du bassin de l’Escaut . Le développement de ces réseaux d’étangs piscicoles est souvent concomitant à l’implantation des abbayes et du pouvoir seigneurial dans la région. Les archives nous renseignent sur les modalités de gestion de la ressource animale dans les plaines de la Scarpe et de l’Escaut, avec des témoignages exceptionnels de pratiques aquacoles on ne peut plus originale (canardières, etc.) en Europe du Nord-Ouest. Il s’agit là de fournir un aperçu inédit sur ces pratiques aquacoles pour le territoire du Haut-Escaut au Moyen Âge et à l’époque moderne.
Figuration des poissons pêchés dans l’Escaut, Terrier l’Evêque de Cambrai, AD59, 3 G 1208

Les étangs piscicoles, un élément essentiel du paysage médiéval et moderne des plaines de la Scarpe et de l’Escaut

A partir du XIIe siècle, d’importants chapelets de viviers marquent le paysage de la Scarpe et de l’Escaut. Ces réseaux d’étangs sont la propriété des abbayes (Anchin, Marchiennes, Vaucelles, Saint-Aubert, Crespin), des comtes (Ostrevant, Flandre, Hainaut) et des seigneurs locaux (seigneurs de Condé, Bernissart, Mortagne). L’importance paysagère de ces structures piscicoles dans la vallée de l’Escaut a notamment été immortalisée dans les planches des Albums de Croÿ, dont la vue de l’abbaye de Vaucelles reste emblématique :

Abbaÿ de Vauchelle, Albums XXV, Fleuves et Rivières II. Escaut et Scarpe. pl. V.

Ainsi, une vingtaine d’étangs sont comptabilisés sur l’Escaut dans le Cambrésis et presque autant dans le Valenciennois, sur l’Escaut, la Haine et l’Hogneau. Ces viviers sont intégrés aux domaine foncier des abbayes bénédictines et cisterciennes, et des seigneuries (Condé, Bernissart).

Une attention particulière portée à la conservation et au renouvellement des ressources piscicoles

C’est grâce à des documents exceptionnels conservés dans différents centres et dépôts d’archives européens (Archives départementales du Nord, Archives nationales, Archives des Croÿ) qu’il est possible de retracer l’histoire de ces pratiques piscicoles sur la longue durée, entre les XIIIe et le XVIIIe siècles. Tout d’abord, au XIIIe siècle, le Quemdam librum continentem redditus de Mauretania nous renseigne sur le « pueplage des viviers », c’est-à-dire sur les modalités d’empoissonnement dans les viviers de Mortagne (Vivier de Rodignies, Vivier du Bruille), à la confluence Scarpe-Escaut. Ensuite, entre 1455 et 1552, les comptes des étangs de Vinchy nous fournissent une description détaillée de la gestion des ressources piscicoles à la fin du Moyen Âge, à travers les pêches et rempoissonnements annuels effectués pendant près d’un siècle dans les étangs piscicoles de Crèvecoeur-sur-l’Escaut. Ces comptabilités montrent que les viviers accueillent donc des espèces diversifiées avec quatre principales catégories de poissons qui servent à repeupler les étangs : les carpes/foursières (carpes reproductrices), les tierceles, les antenaux et les kievekewe (chief = tête et keue = queue), c’est à dire les alevins, remis par milliers dans les étangs.

Ces systèmes piscicoles forment des socio-écosystèmes complexes marqués par des structures et des modes de gestion spécifiques. Ces pratiques aquacoles illustrent une attention particulière portée à la conservation et au renouvellement de la ressource piscicole à la fin du Moyen Âge. De surcroît, à partir du XVIe siècle, la fonction des étangs se diversifie et est marquée par le développement d’une aviculture particulière grâce aux développement de canardière aux Pays-Bas, et ailleurs en Europe (France, Allemagne, Angleterre, Irlande, etc.)

Les canardières, une pratique avicole importée de hollande

Un précédent article de ce carnet présentait ce dispositif cynégétique original de leurre et de capture des oiseaux d’eau importé de Hollande dans le Hainaut, à partir de l’histoire de la canardière située près de Condé-sur-l’Escaut, à Saint-Aybert, disponible ici.

La canardière ou eendenkooï (eenden = canards ; kooï = piège/cage) prend ainsi la forme d’un élevage avicole mêlé aux oiseaux nicheurs, faisant cohabiter l’avifaune domestiquée et l’avifaune sauvage. Cette technique est basée sur la mise en place d’un dispositif hydraulique particulier constitué d’un étang principal muni de paire de bras latéraux appelées pipes (vanpijpe ou pÿpe = nasses fixes).

L’étude fine de la gestion du gibier d’eau à la canardière de Condé a été permise grâce aux 65 cahiers de comptes, de plans et d’autres documents conservés aux archives de Croÿ à Dülmen (Allemagne). De surcroît, Pierre de Navarre, dans son Antiquité de Valenciennes, offre une illustration tant étonnante que précise de la canardière de Condé après sa construction  en 1640 :

La canarderie de Condé, vers 1650, Pierre de Navarre, Antiquité de Valenciennes, Bibliothèque municipale de Valenciennes, Ms 1205, f°201v°-202r°. Cette gouache illustre les chiens de la canardière en train de rabattre les canards vers l’intérieur des nasses ou pipes

La canardière de Condé illustre donc un dispositif hydraulique particulier de gestion des oiseaux d’eau qui nécessite des pratiques spécifiques de conservation du gibier d’eau qui a laissé une empreinte paysagère forte à l’échelle locale. Elle offre une intéressante contribution à l’histoire environnementale et à l’histoire animale en soulignant les interactions entre les espèces humaines et animales autour de l’exploitation des ressources cynégétique, en illustrant des stratégies spécifiques de gestion de la biodiversité sur le temps long.

Le marquage des oiseaux d’eau en rivière, symbole de la propriété seigneuriale

De surcroît, cette gestion particulière touche aussi le gibier d’eau présent dans les rivières, et notamment les cygnes qui constituent un élément essentiel du pouvoir seigneurial et comtal au Moyen Âge. En effet, celui-ci figure notamment sur de nombreux symboles héraldiques médiévaux et va jusqu’à être intégré aux mythes des fondations urbaines , notamment à Valenciennes, (‘Val des Cygnes’ à Valenciennes – Valencena quondam cÿgnorum vallis) ce qui a laissé plusieurs représentations iconographiques et cartographiques:

Louis de la Fontaine, Antiquités de Valenciennes, BM Douai, Ms 1183, f°9. L’enluminure ici réalisée par Hubert Cailleau illustre un cygne volant e sur le Un homme est en train de chasser les cygnes à l’arc. URL : http://initiale.irht.cnrs.fr/codex/2075

Dès le XIIIe siècle, le comte de Hainaut dispose de droits de chasse sur les oiseaux d’eau, notamment sur les oies et les cygnes, qui représentent un prestige et dont la consommation constitue l’apanage des élites seigneuriales. Il constitue l’un des marqueurs sociaux et politiques liés à l’alimentation médiévale.

Qui plus est, Un document assez extraordinaire, conservé dans les Bulletins de la Société Historique et Littéraire de Tournai (Volume 4), nous renseigne sur le marquage des oiseaux de rivière au XVIe siècle. Il s’agit d’une ordonnance de Charles Quint datée du 29 janvier 1546, c’est-à-dire approximativement à la même époque que la vue de Valenciennes, et qui porte sur les pratiques de marquage des cygnes circulant sur le cours de la Scarpe et de l’Escaut au XVIe siècle . En voici ici un extrait, transcrit dans le bulletin :

S’ensuivent les enseignes de chacun seigneur dont leurs cignes sont enseignes sur la riviére d’Escarpe :

Premier, l’abbesse de Flines mect à ses cignes une croche au droict costé du becq et une porte-pièce à l’enclencq (1) costé. Le seigneur de Montigny, ung queviron (2) au travers du becq. Le comte de Lalaing, une croix Saint-Andrieu au tra vers du becq.

L’abbé d’Anchin, deux quevirons au long du becq. L’abbé de Marchiennes , deux croix au droict costé du becq, et ung à l’enclen tout aultre. Le seigneur de Warlaing, deux crengs (1) à chascun costé du becq. L’abbé de Hasnon, une barre au droict costé du becq. >

L’abbé de Saint-Ainand , deux quevirons à l’enclen costé du becq et une croche au droict costé du becq et le grand ongle du droict pied couppé.

Le seigneur de Mortaigne , cinq croissants au droict costé du becq et sont lesdits cignes du droict desdits seigneurs.

L’abbé de Chasteau l’Abbaie , ung croissant à l’enclen costé du becq et l’angle du talon de l’enclen pied couppé.

L’on va enseigner et marquier lesdits cignes le lendemain de l’Assomption de N. D. ; et de chascune seignourie y va ou doibt aller à tout le moings ung homme. Est à noter que les hateurs (2) n’osent et ne poevent prendre nulz ne aulcuns cignes sur la rivière devant le Saint-Martin, xi.e jour de novembre, sur peine de grande amende.

Du droit d’avoir des cygnes sur la Scarpe et de la marque desdits cygnes, Archives de Flines, cahier de dix feuillets, transcrit dans Bulletin de la Société historique et Littéraire de Tournai, tome IV, 1856, p. 21-25, ici p. 22-23

Chaque abbaye et seigneurie disposait donc de sa propre marque pour identifier les oiseaux qui leur appartenait. Ces pratiques illustrent les modes d’appropriation de la ressource animale par l’autorité seigneuriale, intégré à leur prérogatives, aux droits d’eau et de chasse privilégiés de ceux-ci dans les rivières, marais et étangs de leur juridiction.

De surcroît, les multiples mentions de cygnes au milieu du XVIe siècle suggère la forte présence de ce gibier d’eau à l’époque dans les rivières et les zones humides de Scarpe-Escaut, donnant lieu à des pratiques cynégétiques, des règlements et dispositifs de régulation spécifiques.

Plus tardivement, au XVIIe siècle, Philippe Petit, dans son Histoire de Bouchain, fournit une description intéressante de la Garenne des Cygnes, vaste plan d’eau destiné à l’élevage des oiseaux d’eau situé dans dans les viviers de basse-ville, propriété du comte de Hainaut, du comte d’Ostrevant Anselme de Ribemont puis du Roi.

Aujourd’hui, les cygnes continuent d’occuper une place importante dans les plans d’eau en investissant de nouvelles zones humides (mares artificielles, canaux, fossés de fortification)

Enfin, il existait également des élevages d’oies, dites osons, nourris et engraissés dans les sur les bords de la Scarpe douaisienne (d’après les recherches menées par Etienne Louis, Arkeos) et à Hergnies (Pays des Osons).

De l’histoire à l’archéologie environnementale, le cas de l’étang du Château de Condé / forteresse de l’Arsenal

Les différentes recherches menées en France montrent que l’archéologie environnementale et l’archéozoologie fournissent une contribution essentielle à l’étude de la pisciculture médiévale. Toutefois, celle-ci reste a fait l’objet d’encore peu d’études pour les étangs piscicoles du nord de la France, et en Scarpe-Escaut. L’étude la plus importante à ce jour est celle de Chloé Deligne sur la vallée de la Scarpe. L’étude historique de ces réseaux d’étangs peut être complétée par des investigations archéologiques, dans une région où l’archéologie préventive et programmée est très développée, avec d’importantes opérations archéologiques menées en Scarpe-Escaut (Saint-Amand-les-Eaux, Condé-sur-l’Escaut, Vaucelles). Ainsi, la campagne archéologique programmée du Château de l’Arsenal de Condé a permis la fouille partielle de l’ancien étang intérieur à la forteresse, avec la mise à jour des anciennes structures liées à l’étang (clayonnages, fosses à baquet, canalisations en bois). De nouveaux sondages archéologiques couplés à une étude malacologique (=coquilles) et de la faune aquatique permettra sans doute d’en apprendre davantage sur ce système hydraulique aquacole et son évolution entre les XIVe et XVIIIe siècles.

Bord de l’étang en clayonnage et canalisation avec clapet de régulation des eaux, Forteresse de l’Arsenal, campagne 2013, s. 41, cliché L. Deudon

Bibliographie

Deligne, 2003, ch. 4 : « Les viviers, clés des eaux de l’hinterland », p. 131-178, in Bruxelles et sa rivière, genèse d’un territoire urbain, Turnout, Brepols.

Deudon, Laëtitia, 2020, « Ch. 3. L’ère des étangs : les structures piscicoles et cynégétiques intégrés aux hydrosystème (XIIe -XVIIIe siècles) », thèse de doctorat en préparation.

Deudon, « Une histoire de la pisciculture dans la vallée de l’Escaut : les viviers de Crèvecoeur-sur-l’Escaut », Cambrésis Terre d’Histoire, n°84, juin 2019.

Querrien, Armelle, « Pêche et consommation du poisson en Berry au Moyen Âge », Bibliothèque de l’école des chartes, 2003, tome 161, livraison 2. p. 409-435

Sources

De la Fontaine, Louis, Antiquités de Valenciennes, BM Douai, Ms 1183

De Navarre, Pierre, Antiquité de Valenciennes, BM Valenciennes, Ms 1205

Petit, Philippe, Histoire de Bouchain, Douai, 1861.


Une réflexion sur « — De la carpe au cygne — Une histoire environnementale des pratiques aquacoles en scarpe-escaut (xiie-xviiie siècles) »

  1. Très intéressant
    Ce qui explique l abondance des poissons et oiseaux ds les marches de l epoque,reproduits dans les différentes peintures 14/15/16
    Merci
    Le marquage des animaux n est donc pas nouveau. (Je suis veterinaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.