La Canardière de Condé : un exemple d’hydraulique cynégétique original dans la vallée de l’Escaut

Localisation de la Canardière de Condé-sur-l’Escaut, Carte de Cassini , 18e siècle http://remonterletemps.ign.fr

La Canardière ou Canarderie de Condé-sur-l’Escaut, dont il reste aujourd’hui un lieu-dit en banlieue de la ville près du site de la Fosse Ledoux (prox. Etang de Chabaud-Latour), constituait autrefois un dispositif hydraulique complexe de capture des oiseaux d’eau directement importé de Hollande, pays où cette méthode de chasse s’est particulièrement développée au cours des six derniers siècles.  La canardière de Condé est construite à l’initiative du comte de Bucquoÿ, Charles-Albert de Longueval (1607-1663), officier militaire et grand bailli de Hainaut, sur une zone de marais appartenant à l’abbaye de Crespin, cédée par donation en 1638. Pour bâtir la canardière, le comte fait directement appel à un hollandais, Jean Willame, canardier, dont les fils continueront d’assurer cette fonction jusqu’à la fin du 18e siècle.

La canardière est un dispositif hydraulique élaboré importé de Hollande (eendenkooï : eenden = canards kooï = piège) qui comprend un étang muni de paires de bras latéraux, appelées « pipes » ou « berceaux » en forme de corne de bouc, composées de cerceaux en osier et dont les mailles se resserrent et débouchent sur une trappe pour capturer les canards. L’étang est lui-même entouré d’un réseau de canaux qui permet de gérer les quantités d’eau entrant et sortant de la canardière : http://cairnbraid.com/canardi%C3%A8res.html

Dans le cas de Condé, un canal connecté à la Haine, affluent de l’Escaut, permet d’alimenter l’étang en eau et d’évacuer les eaux superflues, notamment lors des crues. Ces réseaux de fossés sont complétés par des haies d’arbres et d’arbustes ainsi que par un parapet qui permet de dissimuler la canardière de l’extérieur et d’éviter la désertion des canards, très sensibles au bruit. Ensuite, des canards domestiques, nourris par le canardier et donc une partie des ailes est coupée pour éviter leur envol, sont placés dans l’étang. Le but de la manœuvre est d’attirer les canards sauvages afin qu’il rejoigne les oiseaux apprivoisés pour ensuite les capturer dans les berceaux. Pour les attirer, le chien de canardière ou Kooikerhondje, sorte de chien de chasse spécifique, retient l’attention des canards en longeant les berceaux sans bruit et les rabat vers les pièges/trappes situées aux extrémités. Pierre de Navarre, dans ses Antiquités de Valenciennes, laisse une illustration tant étonnante que précise de la canardière de Condé après sa construction  :

La Canarderie de Condé, 17e siècle, dans Pierre de Navarre, Antiquité de Valenciennes, Bibliothèque municipale de Valenciennes, Ms 1205, f°201v°-202r°. Cliché : L. Deudon.

Ce témoignage d’un transfert de techniques hydrauliques hollandaises appliquées à la cynégétique, retient ainsi l’attention de nombreux auteurs du temps, tant ce procédé devait attirer la curiosité des contemporains, qui s’y aventuraient parfois sans autorisation pour jeter un oeil à ce dispositif on ne peut plus particulier et unique dans la région. Le tome 3 des Délices des Pays-Bas, paru en 1769, en fournit ainsi une description très élogieuse :

« On voit aupres de Condé de belles canardieres, qui sont des endroits entrecoupés de petits canaux, & couverts de branches de saules, où, par le moyen de quelques canards apprivoisés & des chiens, on attrape fort agréablement les canards sauvages. On en prend quelquefois aux mois d’Octobre & de Novembre, jusqu’à douze ou treize cents par jour. Ce droit de chasse est réservé au Roi & au Seigneur de Condé; il est même défendu fort rigoureusement de tirer un coup de fusil à une lieue à la ronde, lorsque c’est le temps que les canards sauvages y viennent ».

Le maréchal de France Emmanuel de Croÿ dans son Histoire de Condé, ne tarit pas d’éloges lui aussi au sujet de la canardière en expliquant que celle-ci rapporte plus de 6000 livres par an au début du 18e siècle. Hormis les chroniques, les comptes de la canarderie de Condé, conservés aux Archives de la famille de Croÿ à Dülmen (Allemagne), nous renseignent sur son fonctionnement entre 1658 et 1785. Ils fournissent un compte-rendu détaillé des captures de canards mois par mois et montrent en effet la rentabilité de la canardière au 17e siècle et au début du 18e siècle (1660 : 6263 couples capturés, 1699 : 5441 couples). La plus grande quantité de canards se prend le plus souvent entre octobre et décembre qui correspond à la pleine saison contre la période hivernale et automnale entre mars et juin où les prises sont peu nombreuses (période de reproduction et de couvée).

Après leur capture, les couples de canards sont apportés à l’hôtel du Comte de Bucquoÿ puis du Comte de Solre, qui devient propriétaire de la canardière en 1686 par octroi du Roi, aux abbés de Crespin et au gouverneur de la place-forte qui détiennent une redevance sur la canardière. Le reste est vendu à Condé et dans les villes proches (Valenciennes, Cambrai, Mons, Paris). La rentabilité de la canardière est variable selon les années et souffre régulièrement des perturbations climatiques (inondations, pluies, gel) et militaires (sièges, bruit des soldats, coups de canon) qui conduisent à la désertion des canards. Ainsi, par exemple, les coups de canon de la Bataille de Malplaquet (1709), conduisent à la fuite des canards au grand dam du canardier, ne pouvant rien faire pour les retenir. La canarderie fournit ainsi une parfaite illustration des liens entre l’activité guerrière et les perturbations écologiques imputées à ce type d’aménagement et à la faune résident dans les zones humides.

L’activité de la canardière décline progressivement au cours du 18e siècle, sa productivité est nettement moindre dans les années 1640 (1749 : 172 couples capturés). Après la Révolution, l’émigration des ducs de Croÿ et la vente des terrains découpés en parcelles conduisent à la disparition partielle de la canardière. Une partie de l’étang subsiste toujours néanmoins aujourd’hui, elle est la propriété privée de plusieurs chasseurs et reste un lieu attractif où de nombreux canards nichent encore. Le circuit de la Canarderie, mis en place par le Parc naturel régional de Scarpe-Escaut et le Comité départemental de la randonnée pédestre, permet de découvrir le secteur et ses vestiges :http://www.pnr-scarpe-escaut.fr/sites/default/files/documents/17hainaut-canarderie_00-200dpi-ok.pdf 

Emplacement actuel du hameau de la Canarderie, Géoportail, 2017

Certaines canardières existent toujours aux Pays-Bas dont celle de Waardenburg qui comprend un musée de la canardière qui retrace l’histoire de ce dispositif original qui a traversé les frontières.

Laëtitia Deudon.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.