Petite histoire des moulins de valenciennes et de sa banlieue, du Moyen Âge à aujourd’hui [1]

Moulins d’Anzin, connus plus tard sous le nom de moulins de la Citadelle, vue rapprochée du plan de J. Van Deventer, milieu du XVIe siècle .

Du haut de leurs bâtiments séculaires, les moulins du Faubourg de Paris et de Marly constituent les derniers vestiges des moulins de Valenciennes et de sa banlieue, autrefois placés sous la possession des comtes et souverains du Hainaut, de seigneurs locaux et d’autres fondations urbaines (Hôtellerie, abbaye Saint-Jean). Ces nombreux moulins, situés sur l’Escaut (moulins de Trith, moulins-le-Comte, moulins d’Anzin, moulin au Brai Saint-Ladre, tordoir des Ogelens), sur la Rhonelle (moulins de Marly, de Becquereau, du Fossart, moulin Delsaut) et sur d’autres affluents immédiats (moulins des Moulineaux, moulins Saint-Géry, tordoir Balhaut sur la rivière éponyme), faisaient partie intégrante de l’économie urbaine et du développement territorial. Associés à différents usages (défense, industries), les travaux hydrauliques liés aux moulins ont ainsi contribué à façonner la trame urbaine valenciennoise, en la dotant notamment de dérivations et de canaux, qui marqueront durablement sa structure urbaine intramuros.

Des moulins intégrés au domaine des comtes et des souverains du Hainaut

Mentionnés dans les archives dès le XIe siècle siècle, les moulins de Valenciennes et de sa banlieue appartenaient aux comtes de Hainaut . En effet, 1064, Bauduin le Jeune, comte de Hainaut, accorde à l’abbaye de Saint-Saulve le droit de franche mouture sur ses moulins situés sur l’Escaut, au lieu-dit le(s) Bruille(s) (molendinis meis qui sita super Scaldum fluvium in loco qui dicitur Broilus), juste en amont de Valenciennes, aux portes de la ville. Un peu plus tard, en 1087, le nouveau comte, Baudouin II, ratifie l’achat fait par l’abbé d’Hasnon de l’un des deux moulins situés près de Valenciennes au cloître Notre-Dame, appartenant au maire Odon (molendinum ita cedebat Odoni). Ces deux actes semblent référer aux moulins d’Anzin et aux moulins-le-Comte. Ensuite, la chronique d’Henri d’Oultreman fait référence à plusieurs lettres, respectivement datées de 1144 et 1161, au sujet des moulins Delsaux, du Fossart, de Marly et d’Anzin. D’Oultreman mentionne ainsi des lettres de 1144 évoquant le partage des dîmes de Famars et le moulin d’Anzin au profit des chanoines de Saint-Saulve. Il fait référence ensuite à des lettres datées de 1161 dans lesquelles le Prévôt de Valenciennes Gautier Mustel fait don aux moines de l’église Saint-Nicolas de trois muids de blé sur le moulin de le Saulx (de Salicis), de  huit muids sur les moulins souverains (Marly), d’un demi-muid sur le moulin du Fossart.

Les principaux moulins de Valenciennes semblent donc être déjà en place aux XIe-XIIe siècles. Leur existence est ensuite attestée par d’autres actes postérieurs. Ainsi, à la fin du XIIIe siècle, les moulins valenciennois sont répertoriés dans le Cartulaire des cens et rentes dus au comte de Hainaut (1265-1286). L’on apprend à cette occasion que si a li cuens à Valenchiènes II molins qu’on dist les molins Saint-Géri […] Et si a li cuens dehors Valenchienes, au lés devers Trit, IIII molins qu’on apèle molins-le-conte, s’en i a III à blet et I à escorce […] Et si a li cuens en Ansaing IIII molins, de quoi li troi sunt à blet et li quars est à brais […] (Devillers, Léopold, op. cit., p. 11-12 ).

[cartographie en cours ]

Leurs fonctions sont multiples (moulins à blé, à brai, tordoirs à huile, moulin à tan) et tendent progressivement à se diversifier. Ainsi, 1273, la comtesse Marguerite de Flandre concède la rivière Quinquernelle à Gillion Baillehaut afin de construire un moulin à huile sur le cours d’eau qui porte ensuite son nom (rivière Balhaut), en l’échange du paiement d’une rente annuelle. D’autres tordoirs verront aussi le jour entre les XVIe et XVIIe siècles.

Ces moulins font partie des banalités seigneuriales dont jouissent les comtes et seigneurs à l’intérieur de leur juridiction, sur lesquels ils perçoivent des droits de mouture, appelés mosnée, de différentes valeurs, allant de la 16e à la 21e portion de grains produits. Les habitants sont alors tenus de moudre aux moulins banaux, sous peine de confiscation des grains et farine. Ces équipements urbains rapportent donc un revenu non négligeable à leurs propriétaires.En échange, ceux-ci doivent entretenir et réparer ces infrastructures pour les maintenir en bon état de fonctionnement pour la subsistance des citadins et habitants des faubourgs. C’est pourquoi ils figurent dans les différents comptes du domaine de Hainaut. Ces comptabilités montrent que les moulins font l’objet de travaux de réfection réguliers de leurs chemins d’accès et des ouvrages hydrauliques, sous la supervision du maître-charpentier de la Salle-le-Comte, résidence et centre administratif du comte de Hainaut.


Comptes de travaux effectués aux moulins-le-Comte en 1573-1574, AD59, Comptabilités du domaine de Hainaut, B 9999, f°116v°

Les vicissitudes des guerres et des catastrophes naturelles sur les moulins

Ces réparations fréquentes sont également liées aux guerres et sièges qui marquent fortement la région frontalière de la vallée de l’Escaut aux époques médiévale et moderne. En effet, les moulins sont démolis ou incendiés à plusieurs reprises lors des chevauchées de la Guerre de Cent Ans et des guerres de Louis XI dans le Hainaut qui détruisent tout sur leur passage. Ainsi, en 1340, l’armée française fait abattre les moulins du Comte situés près du pont de Trith , d’après ce qu’en rapportent les chroniques de Froissart. De surcroît, ce dernier rapporte que, pendant une chevauchée, le duc de Normandie et ses alliés ( ex : le comte de Châtillon) font incendier la ville et abattre tous les moulins situés sur la Rhonelle.

Les moulins valenciennois subissent ainsi successivement les destructions liées à la guerre de Cent-Ans, aux guerres iconoclastes, au conflit franco-espagnol, aux troubles révolutionnaires et celles de la Première Guerre Mondiale. Par conséquent, la reprise de l’activité économique après ces guerres est difficile, comme en témoignent les comptabilités du domaine de Hainaut, avec un chômage des moulins parfois pendant plusieurs mois, entre autres causé par la fermeture des portes de la ville qui coupent les possibilités d’approvisionnement en farine et en blé entre la cité et les habitants de l’extérieur, et donc la possibilité de moudre.

Siège et prise de la redoute de Valenciennes en 1576 par Hogenberg, AMV, V-N16HOG0002 .
L’on y aperçoit le moulin à droite de la porte d’Anzin dans ce qui constitue la future citadelle, alors que les troupes s’affairent sur le pont qui enjambent l’Escaut, reconstruit au 18e siècle sous le nom de pont de la Citadelle, dans le parc éponyme situé près du parking Lacuzon et du pont Villars actuel.

Les moulins souffrent ensuite des inondations répétées de l’Escaut et de ses tributaires. Par exemple, au XVIe siècle, les moulins valenciennois sont à plusieurs reprises « a jocques », c’est-à-dire hors-service, incapables de moudre à cause des crues d’eau répétées survenues à la suite d’intempéries. Ainsi, du 3 au 12 janvier 1573, les « grandes eauwes » survenues pendant l’hiver empêchent le moulin Saint-Géry de tourner et rompent « tous les harnaz travaillans dudit molin ». Pour y remédier, on détourne alors les eaux hors de la ville grâce à l’écluse de la Brétèque ( prox. l’actuelle écluse des Repenties). Il en va de même pour les moulins-le-Comte et les moulins d’Anzin qui ne peuvent moudre du 15 au 22 décembre 1573 à cause d’une autre inondation saisonnière de l’Escaut.

Par conséquent, l’activité militaire et les aléas climatiques scandent le fonctionnement des moulins valenciennois, du XIVe au XXe siècle.

___________________________________________________________________________

La transformation des moulins valenciennois aux époques moderne et contemporaine

A partir du règne de l’empereur Charles Quint puis sous la monarchie française, les moulins valenciennois sont intégrés au domaine du roi et le resteront jusqu’à la Révolution française. Ils prennent alors le nom de Moulins Notre-Dame, puis de Moulins du Faubourg de Paris après 1789. Après l’abolition des droits féodaux, les moulins sont ensuite rachetés par différents entrepreneurs (Srs Lamoninary, Pillon, Chartiaux, Diwuy, Emil Durieux) ou associés (Dervillé & Cie) qui modernisent les bâtiments et les dotent des nouvelles technologies hydrauliques du temps (roues Poncelet/Sagebien, turbines). Ils sont par conséquent rebaptisés du nom de leurs propriétaires successifs, dont un certain Giard, nom que l’on retrouve sur les cartes postales illustrant les moulins du Faubourg de Paris. De plus, ces usines suivent les changements liés au développement urbain et à l’industrialisation du territoire. Au cours de leur vie, ces moulins connaissent différentes transformations et changements d’affectation, jusqu’à leur disparition à l’époque contemporaine, liée aux guerres, aux incendies (1914 : incendie du moulin Saint-Géry), aux abandons et à la démolition des établissements insalubres. Ainsi, les moulins des Moulineaux, de la Citadelle, et de Saint-Géry sont respectivement rachetés par la l’Etat puis par la Ville en 1887, en 1909 et en 1920 et leurs chutes d’eau supprimées, avant d’être définitivement détruits.

Ainsi, du Moyen Âge à aujourd’hui, ces installations meunières suivent le souffle de l’histoire valenciennoise et marquent encore aujourd’hui la mémoire des habitants, malgré la disparition de la majorité d’entre eux. Toutefois, du haut de son bâtiment séculaire, l’ancien moulin du faubourg Notre-Dame reste l’un des derniers témoins des anciens moulins valenciennois. Son bâtiment industriel réhabilité, que l’on reconnaît bien, abrite aujourd’hui la Maison des Associations au 84 rue du Faubourg de Paris, près du pont de l’avenue Faidherbe : https://www.valenciennes.fr/decouvrir-la-ville/sa-vie-associative/maison-des-associations.html

L’emplacement des autres moulins est quant à lui immortalisé dans la toponymie urbaine, en laissant leur nom à plusieurs rues de la ville (rue des Moulineaux, rue Delsaut). Une archéologie des ces ouvrages hydrauliques permettrait de revenir sur les traces de ces aménagements et de mieux comprendre de leur relation au réseau hydrographique urbain, aujourd’hui complètement disparu et invisible au yeux des Valenciennois.

Rue des Moulineaux actuelle, légèrement en arrière de la rue originelle, actuellement sous la rue de la Vieille Poissonnerie, Google Maps.

___________________________________________________________________________

Plan en élévation du moulin Moneuse situé au faubourg de Paris, 1815, AD59, 141 J 455.
Plan des moulins des Moulineaux, situés près de l’actuelle place du Commerce, derrière la Place d’Armes, fin 19e siècle, 141 J 455
Vannage des Moulineaux, rue des Anges
Le moulin Giard, détruit lors de la guerre 14-18, BMV, Patrimoine numérique, don Claude Martin, MAR 3337
L’ancien moulin de la citadelle, dont il reste les fondations apparentes, dans le parc du même nom, début XXe siècle

[…] à suivre !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.