Parution : « Habiter l’inondable. Penser l’inondation comme une opportunité de projet de territoire, en vallée de l’Escaut, en Tournaisis et ailleurs », Faculté d’Architecture, LOCI-UCL, Tournai, février 2018

La Faculté d’Architecture de Tournai et le Contrat de Rivière Escaut-Lys ont présenté le 22 février 2018, à l’occasion de la Journée Transf’eau organisée avec le Syndicat Mixte de l’Escaut & Affluents (SyMEA), la publication « Habiter l’inondable » associant plusieurs chercheurs, architectes et étudiants sur la question des cours d’eau et de leurs atouts dans l’aménagement du territoire.

L’ouvrage, dirigé par Franck Minette et Sébastien Verleene, regroupe plusieurs contributions associant historiens, géographes, architectes, urbanistes pour réfléchir, dans une perspective interdisciplinaire, à la question des espaces inondables et des « hydro-territoires » dans le territoire transfrontalier de la vallée de l’Escaut franco-belge. Il rassemble ainsi des articles retraçant les évolutions historiques du territoire de la vallée de l’Escaut comme celui de Laëtitia Deudon « Une géohistoire de l’aménagement de la vallée de l’Escaut », ceux de Thibault Ghils « Habiter avec ou contre les cours d’eau? » et « Et si les inondations n’étaient pas que des catastrophes? » et celui de Gérard Lamotte « Courte histoire de la vallée du Rieu de Barges ».

Ensuite, le recueil comprend ensuite une série de projets étudiants en architecture et en urbanisme visant à transformer le risque inondation en une opportunité en intégrant les crues et le lit majeur dans les projets d’aménagement (habitations, parcs). Ces projets reposent sur l’adaptation des modes de vie aux réalités du territoire de la vallée de l’Escaut en rétablissant les liens et les structures unissant autrefois les riverains aux cours d’eau, en développant les potentialités offertes, en termes d’usages, des gestion des eaux et de développement touristique et patrimonial, en favorisant la réappropriation des fronts d’eau à travers les projets de restauration des cours d’eau, de création de nouvelles rivières urbaines, de parcs inondables et d’autres projets ayant pour vocation à resserrer les liens société-rivière en créant des espaces d’agrément, des zones d’expansion de crue pour permettre une cohabitation plus harmonieuse avec l’eau.

Enfin, l’ouvrage contient des contributions d’architectes et urbanistes, spécialistes de l’eau et du paysage tel que Thierry Maytraud et Roselyne de Lestrange, qui font état de différents projets relatifs à l’assainissement, à la gestion des eaux pluviales, aux trames éco-paysagères et à la restauration des cours d’eau et fossés.

Tel qu’indiqué en 4e de couverture, la publication marque « la volonté d’envisager une approche spatiale de l’eau qui puisse réduire la vulnérabilité aux inondations de nos territoires tout en améliorant les qualités des espaces de vie, construire de nouveaux paysages, redonner une place à la diversité écologique voire même contribuer aux dynamiques économiques et culturelles ». La Journée Transf’eau ayant accompagnée la présentation de l’ouvrage, a ainsi fourni un espace de réflexion pluridisciplinaire sur la question des cours d’eau et du risque inondation qui a permis de souligner l’importance de faire évoluer les comportements dans la manière d’aménager la plaine inondable de l’Escaut et d’adapter les modes de construction aux réalités du territoire (espace de mobilité des cours d’eau, adaptation des constructions, etc.). Les échanges ont aussi fait ressortir l’importance de maintenir une pluralité d’usages et une « double facette » comprenant à la fois les propriétés écologiques et morphologiques (biodiversité, hydrodynamique) mais également des pratiques de l’eau (pêche, tourisme, etc.) et des aspects culturels et patrimoniaux renforçant l’identité des riverains et la fonctionnalité des cours d’eau pour les habitants. Cette double facette des espaces fluviaux renvoie à l’imbrication entre Nature et Culture, indissociables et qui doivent reposer sur un équilibre entre maintien des propriétés écologiques des rivières et pratiques sociales.

En résumé, cet ouvrage participe à la vaste réflexion sur la problématique de la requalification des cours d’eau et la gestion du risque inondation à travers une gestion intégrée des territoires qui fait appel à un éventail de disciplines (sciences humaines, écologie, architecture) et de spécialistes (techniciens, urbanistes, aménageurs, etc.). Dans cette réflexion, les approches historiques permettent de fournir une meilleure compréhension et gestion du territoire actuel en tant que territoire hérité des évolutions passées, de mieux circonscrire les enjeux et ainsi définir des projets adaptés aux dynamiques environnementales et sociales. Elle permet de remettre en relief les processus qui ont conduit à une transformation des rapports société-rivière, à une disparition partielle des bras d’eau et des zones humides au cours d’eau temps (XIXe et XXe siècles) et à un détachement de la population à ces lieux d’eau, dans une perspective d’accroissement urbain et de diffusion de la pensée hygiéniste reléguant les cours d’eau à un rôle d’exutoire, voûtés et comblés progressivement, tel est le cas de l’Escaut.

Ce livre, destiné aux acteurs du territoire et aux techniciens, permet de remettre en contexte et de resituer les projets d’aménagement actuels visant à la « reconquête » des rivières après une période d’industrialisation et de disparition partielle des cours d’eau qui a introduit une segmentation et à une rupture paysagère forte dans le territoire du Haut-Escaut. Le passé joue alors le rôle d’éclaireur du présent dont la connaissance est fondamentale pour proposer un aménagement du territoire en adéquation avec ces héritages que les gestionnaires et aménageurs doivent connaître et s’approprier.

Laëtitia Deudon.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.