Compte-rendu du Café-Histoire : « Zones humides de chez nous » sur l’histoire des zones humides des vallées de l’Escaut et de la Scarpe

Le 6 février 2018, le Café-Histoire « Zones humides de chez nous » s’est tenu au Little Rock Café de Valenciennes (Nord) à l’occasion de la Journée mondiale des Zones Humides. Organisé par l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis et le Parc naturel régional Scarpe-Escaut, la manifestation a réuni plus de 40 personnes issues de différents horizons, regroupant ainsi scientifiques, professionnels, étudiants, associations et grand public, pour écouter les conférences proposées et nourrir les échanges sur l’histoire des zones humides des vallées de la Scarpe et de l’Escaut dans une visée participative en s’intégrant à un programme d’animations plus large proposé par le PNR, composé de visites, d’animations et de conférences diverses.

Ce café s’est inscrit dans un projet d’actualité qui est la candidature des vallées de la Scarpe et de l’Escaut à la labellisation Ramsar dont le comité de suivi a été constitué le 5 février 2018 avec, à la tête de la candidature le PNR Scarpe-Escaut, représenté par son Président Gréogry Lelong. L’enjeu de ce classement est la reconnaissance à un niveau international des zones humides de ce territoire, de leur patrimoine naturel et culturel.

Lors de la soirée, 3 conférences ont été présentées par :

  • Mathilde Bouret, chargé d’étude au Parc naturel régional de Scarpe-Escaut, qui a présenté le Projet de labellisation Ramsar
  • Laëtitia Deudon, doctorante en Histoire et enseignante contractuelle à l’UVHC, sur la Géohistoire des paysages d’eau de la vallée de l’Escaut et de la Scarpe
  • Lionel Droin, archéologue, sur l’Histoire de l’eau dans la forteresse médiévale de l’Arsenal à Condé-sur-l’Escaut

  La 1ère présentation (15 min) de Mathilde Bouret (PNR Scarpe-Escaut) a fourni une présentation générale permettant de resituer l’importance des zones humides pour le territoire, en termes de biodiversité, de services rendus et d’usages. M. Bouret a ensuite exposé les caractéristiques générales et les enjeux autour du projet de classement Ramsar, du nom de la ville iranienne où a été signée la 1ère convention sur les zones humides en 1971. Tel que l’indique le PNR Scarpe-Escaut, « Qu’elles soient en milieu urbain ou à leur abord, les zones humides rendent les villes habitables. Il est ainsi essentiel de sensibiliser le public sur le rôle que jouent les zones humides en ville en réduisant les effets de phénomènes extrêmes comme les inondations, les sécheresses et les tempêtes sur les populations humaines et en aidant à renforcer leur résilience ». La candidature Ramsar comporte plusieurs volets dont les critères naturalistes (présence d’espèces rares, diversité des espèces) et un volet « valeurs culturelles et sociales », directement lié au patrimoine historique des zones humides et à l’identité des habitants.

Mathilde Bouret lors de la première présentation, Little Rock Café, cl. L. Deudon
Les différents participants au café, cl. L. Deudon

  La 2nde présentation (45 min) de Laëtitia Deudon proposait de retracer les principales séquences d’évolution des zones humides de l’Escaut et de la Scarpe sur la longue durée, du Moyen Âge à aujourd’hui (11e-21e siècles). D’abord, cette communication visait à rappeler l’importance des zones humides dans les périodes passées à travers la diversité des usages déployés dans ces espaces multifonctionnels constamment parcourus par les Hommes : pêche, chasse (canardière), extraction de tourbe, activités agropastorales & préindustrielles, pisciculture, maraîchage, défense (inondations militaires), activités thermales (sources de St Amand), etc. Ces activités sont développées par les différentes abbayes et seigneuries implantées sur le territoire que les gouaches des Albums de Croÿ permettent de visualiser (meunerie, pêche au filet dans les marais des Six-Villes, pacage, etc.). Ensuite, il a été question des différents travaux d’aménagement des zones humides à travers l’implantation progressive des systèmes de drainage qui ont conduit à l’assèchement partiel des zones humides du bassin de l’Escaut, à travers plusieurs campagnes d’assèchement, entamées au Moyen Âge central et qui se renforcent aux périodes moderne (1731 : Traité de Crespin) et contemporaine à travers les Syndicats de dessèchement des vallées de l’Escaut, de la Scarpe et de la Haine au 19e siècle, associations de propriétaires gérant les réseaux de canaux et de fossés, les travaux de curage et de faucardement des marais. À partir de 1830, ces assèchements, associés à l’industrialisation et l’urbanisation, conduisent à la disparition partielle d’une partie des marais du territoire (marais de Bourlain, de l’Epaix, de Bruay). Au 20e siècle, l’agriculture intensive et les pompages ont parachevé ce processus tandis que de nouvelles zones humides (étangs d’effondrement minier) apparaissent consécutivement à l’activité d’extraction minière (étang de Chabaud-Latour). La faciès actuel des zones humides est directement hérité de ces grandes transformations qui ont métamorphosé le territoire en quelques siècles.

Marais des Six-Villes sur la Scarpe, vers 1600, Albums de Croÿ, Fleuves & Rivières II. Un homme pratique la pêche au filet sur sa barque pendant que du bétail pâture sur l’autre rive.
Pacage du bétail aux Marais de l’Epaix, 1850, Bibliothèque municipale de Valenciennes, fonds Louis Cellier, MS 000001229 0111.
Les zones humides actuelles autour de Condé-sur-l’Escaut, Géoportail IGN.
Pieux de fondation supportant l’enceinte du château qui illustrent l’adaptation des constructions médiévales en zone humide, L. Droin, 2013, droits réservés.

La 3ème présentation (45 min) réalisée par Lionel Droin, responsable scientifique de la fouille programmée du château de l’Arsenal à Condé-sur-l’Escaut, a illustré les différents aspects relatifs à la construction de cette forteresse en zone humide, au confluent de l’Escaut et de la Haine, à travers l’adaptation des constructions dans la zone marécageuse (pieux de fondation), la régulation des flux d’eau (canalisation) et la mise à profit de la proximité des cours d’eau dans l’aménagement du site (défense, économie : construction d’un port intérieur).

La fouille a ainsi révélé des constructions et un mobilier archéologique faisant état de cette adaptation et des activités multiples permises par les rivières et marais du secteur, soulignant ainsi les opportunités économiques et militaires octroyées par la présence de zones humides, confortant l’assise politique et l’emprise de la seigneurie sur son environnement en exerçant un pouvoir sur les cours d’eau à travers un certain nombre prérogatives économiques (écluses avec péages, terres & prairies, viviers, etc.). Le contrôle de la confluence Haine/Escaut et des zones humides a donc constitué un élément majeur dans la montée en puissance des princes territoriaux de la région à la tête de ces espaces productifs que sont les rivières et leurs zones humides.

Les présentations ont été suivies de questions et de discussions (30 min) avec le public rassemblé qui ont tourné autour de la nature et de la portée de la labellisation Ramsar, qui a vocation a devenir un levier pour développer les projets de territoire sur les zones humides, favoriser la protection, la restauration et la mise en valeur d’une partie de la plaine humide de l’Escaut et de la Scarpe, en partie asséchée et industrialisée mais doté d’un patrimoine naturel, culturel et paysager riche et diversifié.

Mathilde Bouret, chargée d’études Ramsar, répondant aux questions du public sur la candidature au label, cl. L. Deudon.

La manifestation s’est conclue sur l’importances d’intégrer les dimensions historiques du territoire dans la gestion et la valorisation des zones humides aujourd’hui, paysages hérités des transformations sur la longue durée.

Laëtitia Deudon, avec la contribution de Mathilde Bouret.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.