Tous les articles par Laëtitia Deudon

Diplômée en histoire et en archéologie de l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis, les domaines de recherche de Laëtitia Deudon sont la géohistoire environnementale des paysages et des territoires fluviaux à travers une démarche interdisciplinaire et comparative au croisement entre histoire environnementale, géohistoire et géographie des territoires. L. Deudon prépare depuis octobre 2015 une thèse en co-tutelle intitulée « Approche géo-historique de la construction des territoires fluviaux en Europe et en Amérique du Nord. Étude comparée de la vallée de l’Escaut du Cambrésis à Tournai (12e-21e siècles) et de la vallée du Saint-Laurent de Montréal à Québec (16e-21e siècles) » sous la direction conjointe de Michèle Dagenais (Université de Montréal) et de Corinne Beck (UVHC).

Petite histoire des moulins de valenciennes et de sa banlieue, du Moyen Âge à aujourd’hui [1]

Moulins d’Anzin, connus plus tard sous le nom de moulins de la Citadelle, vue rapprochée du plan de J. Van Deventer, milieu du XVIe siècle .

Du haut de leurs bâtiments séculaires, les moulins du Faubourg de Paris et de Marly constituent les derniers vestiges des moulins de Valenciennes et de sa banlieue, autrefois placés sous la possession des comtes et souverains du Hainaut, de seigneurs locaux et d’autres fondations urbaines (Hôtellerie, abbaye Saint-Jean). Ces nombreux moulins, situés sur l’Escaut (moulins de Trith, moulins-le-Comte, moulins d’Anzin, moulin au Brai Saint-Ladre, tordoir des Ogelens), sur la Rhonelle (moulins de Marly, de Becquereau, du Fossart, moulin Delsaut) et sur d’autres affluents immédiats (moulins des Moulineaux, moulins Saint-Géry, tordoir Balhaut sur la rivière éponyme), faisaient partie intégrante de l’économie urbaine et du développement territorial. Associés à différents usages (défense, industries), les travaux hydrauliques liés aux moulins ont ainsi contribué à façonner la trame urbaine valenciennoise, en la dotant notamment de dérivations et de canaux, qui marqueront durablement sa structure urbaine intramuros.

Des moulins intégrés au domaine des comtes et des souverains du Hainaut

Mentionnés dans les archives dès le XIe siècle siècle, les moulins de Valenciennes et de sa banlieue appartenaient aux comtes de Hainaut . En effet, 1064, Bauduin le Jeune, comte de Hainaut, accorde à l’abbaye de Saint-Saulve le droit de franche mouture sur ses moulins situés sur l’Escaut, au lieu-dit le(s) Bruille(s) (molendinis meis qui sita super Scaldum fluvium in loco qui dicitur Broilus), juste en amont de Valenciennes, aux portes de la ville. Un peu plus tard, en 1087, le nouveau comte, Baudouin II, ratifie l’achat fait par l’abbé d’Hasnon de l’un des deux moulins situés près de Valenciennes au cloître Notre-Dame, appartenant au maire Odon (molendinum ita cedebat Odoni). Ces deux actes semblent référer aux moulins d’Anzin et aux moulins-le-Comte. Ensuite, la chronique d’Henri d’Oultreman fait référence à plusieurs lettres, respectivement datées de 1144 et 1161, au sujet des moulins Delsaux, du Fossart, de Marly et d’Anzin. D’Oultreman mentionne ainsi des lettres de 1144 évoquant le partage des dîmes de Famars et le moulin d’Anzin au profit des chanoines de Saint-Saulve. Il fait référence ensuite à des lettres datées de 1161 dans lesquelles le Prévôt de Valenciennes Gautier Mustel fait don aux moines de l’église Saint-Nicolas de trois muids de blé sur le moulin de le Saulx (de Salicis), de  huit muids sur les moulins souverains (Marly), d’un demi-muid sur le moulin du Fossart.

Les principaux moulins de Valenciennes semblent donc être déjà en place aux XIe-XIIe siècles. Leur existence est ensuite attestée par d’autres actes postérieurs. Ainsi, à la fin du XIIIe siècle, les moulins valenciennois sont répertoriés dans le Cartulaire des cens et rentes dus au comte de Hainaut (1265-1286). L’on apprend à cette occasion que si a li cuens à Valenchiènes II molins qu’on dist les molins Saint-Géri […] Et si a li cuens dehors Valenchienes, au lés devers Trit, IIII molins qu’on apèle molins-le-conte, s’en i a III à blet et I à escorce […] Et si a li cuens en Ansaing IIII molins, de quoi li troi sunt à blet et li quars est à brais […] (Devillers, Léopold, op. cit., p. 11-12 ).

[cartographie en cours ]

Leurs fonctions sont multiples (moulins à blé, à brai, tordoirs à huile, moulin à tan) et tendent progressivement à se diversifier. Ainsi, 1273, la comtesse Marguerite de Flandre concède la rivière Quinquernelle à Gillion Baillehaut afin de construire un moulin à huile sur le cours d’eau qui porte ensuite son nom (rivière Balhaut), en l’échange du paiement d’une rente annuelle. D’autres tordoirs verront aussi le jour entre les XVIe et XVIIe siècles.

Ces moulins font partie des banalités seigneuriales dont jouissent les comtes et seigneurs à l’intérieur de leur juridiction, sur lesquels ils perçoivent des droits de mouture, appelés mosnée, de différentes valeurs, allant de la 16e à la 21e portion de grains produits. Les habitants sont alors tenus de moudre aux moulins banaux, sous peine de confiscation des grains et farine. Ces équipements urbains rapportent donc un revenu non négligeable à leurs propriétaires.En échange, ceux-ci doivent entretenir et réparer ces infrastructures pour les maintenir en bon état de fonctionnement pour la subsistance des citadins et habitants des faubourgs. C’est pourquoi ils figurent dans les différents comptes du domaine de Hainaut. Ces comptabilités montrent que les moulins font l’objet de travaux de réfection réguliers de leurs chemins d’accès et des ouvrages hydrauliques, sous la supervision du maître-charpentier de la Salle-le-Comte, résidence et centre administratif du comte de Hainaut.


Comptes de travaux effectués aux moulins-le-Comte en 1573-1574, AD59, Comptabilités du domaine de Hainaut, B 9999, f°116v°

Les vicissitudes des guerres et des catastrophes naturelles sur les moulins

Ces réparations fréquentes sont également liées aux guerres et sièges qui marquent fortement la région frontalière de la vallée de l’Escaut aux époques médiévale et moderne. En effet, les moulins sont démolis ou incendiés à plusieurs reprises lors des chevauchées de la Guerre de Cent Ans et des guerres de Louis XI dans le Hainaut qui détruisent tout sur leur passage. Ainsi, en 1340, l’armée française fait abattre les moulins du Comte situés près du pont de Trith , d’après ce qu’en rapportent les chroniques de Froissart. De surcroît, ce dernier rapporte que, pendant une chevauchée, le duc de Normandie et ses alliés ( ex : le comte de Châtillon) font incendier la ville et abattre tous les moulins situés sur la Rhonelle.

Les moulins valenciennois subissent ainsi successivement les destructions liées à la guerre de Cent-Ans, aux guerres iconoclastes, au conflit franco-espagnol, aux troubles révolutionnaires et celles de la Première Guerre Mondiale. Par conséquent, la reprise de l’activité économique après ces guerres est difficile, comme en témoignent les comptabilités du domaine de Hainaut, avec un chômage des moulins parfois pendant plusieurs mois, entre autres causé par la fermeture des portes de la ville qui coupent les possibilités d’approvisionnement en farine et en blé entre la cité et les habitants de l’extérieur, et donc la possibilité de moudre.

Siège et prise de la redoute de Valenciennes en 1576 par Hogenberg, AMV, V-N16HOG0002 .
L’on y aperçoit le moulin à droite de la porte d’Anzin dans ce qui constitue la future citadelle, alors que les troupes s’affairent sur le pont qui enjambent l’Escaut, reconstruit au 18e siècle sous le nom de pont de la Citadelle, dans le parc éponyme situé près du parking Lacuzon et du pont Villars actuel.

Les moulins souffrent ensuite des inondations répétées de l’Escaut et de ses tributaires. Par exemple, au XVIe siècle, les moulins valenciennois sont à plusieurs reprises « a jocques », c’est-à-dire hors-service, incapables de moudre à cause des crues d’eau répétées survenues à la suite d’intempéries. Ainsi, du 3 au 12 janvier 1573, les « grandes eauwes » survenues pendant l’hiver empêchent le moulin Saint-Géry de tourner et rompent « tous les harnaz travaillans dudit molin ». Pour y remédier, on détourne alors les eaux hors de la ville grâce à l’écluse de la Brétèque ( prox. l’actuelle écluse des Repenties). Il en va de même pour les moulins-le-Comte et les moulins d’Anzin qui ne peuvent moudre du 15 au 22 décembre 1573 à cause d’une autre inondation saisonnière de l’Escaut.

Par conséquent, l’activité militaire et les aléas climatiques scandent le fonctionnement des moulins valenciennois, du XIVe au XXe siècle.

___________________________________________________________________________

La transformation des moulins valenciennois aux époques moderne et contemporaine

A partir du règne de l’empereur Charles Quint puis sous la monarchie française, les moulins valenciennois sont intégrés au domaine du roi et le resteront jusqu’à la Révolution française. Ils prennent alors le nom de Moulins Notre-Dame, puis de Moulins du Faubourg de Paris après 1789. Après l’abolition des droits féodaux, les moulins sont ensuite rachetés par différents entrepreneurs (Srs Lamoninary, Pillon, Chartiaux, Diwuy, Emil Durieux) ou associés (Dervillé & Cie) qui modernisent les bâtiments et les dotent des nouvelles technologies hydrauliques du temps (roues Poncelet/Sagebien, turbines). Ils sont par conséquent rebaptisés du nom de leurs propriétaires successifs, dont un certain Giard, nom que l’on retrouve sur les cartes postales illustrant les moulins du Faubourg de Paris. De plus, ces usines suivent les changements liés au développement urbain et à l’industrialisation du territoire. Au cours de leur vie, ces moulins connaissent différentes transformations et changements d’affectation, jusqu’à leur disparition à l’époque contemporaine, liée aux guerres, aux incendies (1914 : incendie du moulin Saint-Géry), aux abandons et à la démolition des établissements insalubres. Ainsi, les moulins des Moulineaux, de la Citadelle, et de Saint-Géry sont respectivement rachetés par la l’Etat puis par la Ville en 1887, en 1909 et en 1920 et leurs chutes d’eau supprimées, avant d’être définitivement détruits.

Ainsi, du Moyen Âge à aujourd’hui, ces installations meunières suivent le souffle de l’histoire valenciennoise et marquent encore aujourd’hui la mémoire des habitants, malgré la disparition de la majorité d’entre eux. Toutefois, du haut de son bâtiment séculaire, l’ancien moulin du faubourg Notre-Dame reste l’un des derniers témoins des anciens moulins valenciennois. Son bâtiment industriel réhabilité, que l’on reconnaît bien, abrite aujourd’hui la Maison des Associations au 84 rue du Faubourg de Paris, près du pont de l’avenue Faidherbe : https://www.valenciennes.fr/decouvrir-la-ville/sa-vie-associative/maison-des-associations.html

L’emplacement des autres moulins est quant à lui immortalisé dans la toponymie urbaine, en laissant leur nom à plusieurs rues de la ville (rue des Moulineaux, rue Delsaut). Une archéologie des ces ouvrages hydrauliques permettrait de revenir sur les traces de ces aménagements et de mieux comprendre de leur relation au réseau hydrographique urbain, aujourd’hui complètement disparu et invisible au yeux des Valenciennois.

Rue des Moulineaux actuelle, légèrement en arrière de la rue originelle, actuellement sous la rue de la Vieille Poissonnerie, Google Maps.

___________________________________________________________________________

Plan en élévation du moulin Moneuse situé au faubourg de Paris, 1815, AD59, 141 J 455.
Plan des moulins des Moulineaux, situés près de l’actuelle place du Commerce, derrière la Place d’Armes, fin 19e siècle, 141 J 455
Vannage des Moulineaux, rue des Anges
Le moulin Giard, détruit lors de la guerre 14-18, BMV, Patrimoine numérique, don Claude Martin, MAR 3337
L’ancien moulin de la citadelle, dont il reste les fondations apparentes, dans le parc du même nom, début XXe siècle

[…] à suivre !

— De la carpe au cygne — Une histoire environnementale des pratiques aquacoles en scarpe-escaut (xiie-xviiie siècles)

Les plaines de la Scarpe et de l’Escaut constituaient dans le passé une riche terre d’aquaculture. En effet, rivières, marais et étangs permettent l’élevage, la chasse et la pêche d’espèces variées : poissons (carpes, brochets, anguilles, esturgeons), crustacés (écrevisses), oiseaux d’eau (oies, canards, cygnes). A partir du Moyen Âge central, la pêche en rivière, en eaux vives, se double d’une pêche en étangs, c’est-à-dire en eaux stagnantes, qui résulte de nouvelles conditions hydrologiques des cours d’eau et de l’introduction de la carpe en Europe occidentale à partir de 1200. Dès lors, les viviers connaissent un développement important et marquent désormais le paysage fluvial médiéval en France et dans les régions septentrionales des anciens Pays-Bas (Flandre, Artois, Hainaut, Brabant), au coeur du bassin de l’Escaut . Le développement de ces réseaux d’étangs piscicoles est souvent concomitant à l’implantation des abbayes et du pouvoir seigneurial dans la région. Les archives nous renseignent sur les modalités de gestion de la ressource animale dans les plaines de la Scarpe et de l’Escaut, avec des témoignages exceptionnels de pratiques aquacoles on ne peut plus originale (canardières, etc.) en Europe du Nord-Ouest. Il s’agit là de fournir un aperçu inédit sur ces pratiques aquacoles pour le territoire du Haut-Escaut au Moyen Âge et à l’époque moderne.
Figuration des poissons pêchés dans l’Escaut, Terrier l’Evêque de Cambrai, AD59, 3 G 1208

Les étangs piscicoles, un élément essentiel du paysage médiéval et moderne des plaines de la Scarpe et de l’Escaut

A partir du XIIe siècle, d’importants chapelets de viviers marquent le paysage de la Scarpe et de l’Escaut. Ces réseaux d’étangs sont la propriété des abbayes (Anchin, Marchiennes, Vaucelles, Saint-Aubert, Crespin), des comtes (Ostrevant, Flandre, Hainaut) et des seigneurs locaux (seigneurs de Condé, Bernissart, Mortagne). L’importance paysagère de ces structures piscicoles dans la vallée de l’Escaut a notamment été immortalisée dans les planches des Albums de Croÿ, dont la vue de l’abbaye de Vaucelles reste emblématique :

Abbaÿ de Vauchelle, Albums XXV, Fleuves et Rivières II. Escaut et Scarpe. pl. V.

Ainsi, une vingtaine d’étangs sont comptabilisés sur l’Escaut dans le Cambrésis et presque autant dans le Valenciennois, sur l’Escaut, la Haine et l’Hogneau. Ces viviers sont intégrés aux domaine foncier des abbayes bénédictines et cisterciennes, et des seigneuries (Condé, Bernissart).

Une attention particulière portée à la conservation et au renouvellement des ressources piscicoles

C’est grâce à des documents exceptionnels conservés dans différents centres et dépôts d’archives européens (Archives départementales du Nord, Archives nationales, Archives des Croÿ) qu’il est possible de retracer l’histoire de ces pratiques piscicoles sur la longue durée, entre les XIIIe et le XVIIIe siècles. Tout d’abord, au XIIIe siècle, le Quemdam librum continentem redditus de Mauretania nous renseigne sur le « pueplage des viviers », c’est-à-dire sur les modalités d’empoissonnement dans les viviers de Mortagne (Vivier de Rodignies, Vivier du Bruille), à la confluence Scarpe-Escaut. Ensuite, entre 1455 et 1552, les comptes des étangs de Vinchy nous fournissent une description détaillée de la gestion des ressources piscicoles à la fin du Moyen Âge, à travers les pêches et rempoissonnements annuels effectués pendant près d’un siècle dans les étangs piscicoles de Crèvecoeur-sur-l’Escaut. Ces comptabilités montrent que les viviers accueillent donc des espèces diversifiées avec quatre principales catégories de poissons qui servent à repeupler les étangs : les carpes/foursières (carpes reproductrices), les tierceles, les antenaux et les kievekewe (chief = tête et keue = queue), c’est à dire les alevins, remis par milliers dans les étangs.

Ces systèmes piscicoles forment des socio-écosystèmes complexes marqués par des structures et des modes de gestion spécifiques. Ces pratiques aquacoles illustrent une attention particulière portée à la conservation et au renouvellement de la ressource piscicole à la fin du Moyen Âge. De surcroît, à partir du XVIe siècle, la fonction des étangs se diversifie et est marquée par le développement d’une aviculture particulière grâce aux développement de canardière aux Pays-Bas, et ailleurs en Europe (France, Allemagne, Angleterre, Irlande, etc.)

Les canardières, une pratique avicole importée de hollande

Un précédent article de ce carnet présentait ce dispositif cynégétique original de leurre et de capture des oiseaux d’eau importé de Hollande dans le Hainaut, à partir de l’histoire de la canardière située près de Condé-sur-l’Escaut, à Saint-Aybert, disponible ici.

La canardière ou eendenkooï (eenden = canards ; kooï = piège/cage) prend ainsi la forme d’un élevage avicole mêlé aux oiseaux nicheurs, faisant cohabiter l’avifaune domestiquée et l’avifaune sauvage. Cette technique est basée sur la mise en place d’un dispositif hydraulique particulier constitué d’un étang principal muni de paire de bras latéraux appelées pipes (vanpijpe ou pÿpe = nasses fixes).

L’étude fine de la gestion du gibier d’eau à la canardière de Condé a été permise grâce aux 65 cahiers de comptes, de plans et d’autres documents conservés aux archives de Croÿ à Dülmen (Allemagne). De surcroît, Pierre de Navarre, dans son Antiquité de Valenciennes, offre une illustration tant étonnante que précise de la canardière de Condé après sa construction  en 1640 :

La canarderie de Condé, vers 1650, Pierre de Navarre, Antiquité de Valenciennes, Bibliothèque municipale de Valenciennes, Ms 1205, f°201v°-202r°. Cette gouache illustre les chiens de la canardière en train de rabattre les canards vers l’intérieur des nasses ou pipes

La canardière de Condé illustre donc un dispositif hydraulique particulier de gestion des oiseaux d’eau qui nécessite des pratiques spécifiques de conservation du gibier d’eau qui a laissé une empreinte paysagère forte à l’échelle locale. Elle offre une intéressante contribution à l’histoire environnementale et à l’histoire animale en soulignant les interactions entre les espèces humaines et animales autour de l’exploitation des ressources cynégétique, en illustrant des stratégies spécifiques de gestion de la biodiversité sur le temps long.

Le marquage des oiseaux d’eau en rivière, symbole de la propriété seigneuriale

De surcroît, cette gestion particulière touche aussi le gibier d’eau présent dans les rivières, et notamment les cygnes qui constituent un élément essentiel du pouvoir seigneurial et comtal au Moyen Âge. En effet, celui-ci figure notamment sur de nombreux symboles héraldiques médiévaux et va jusqu’à être intégré aux mythes des fondations urbaines , notamment à Valenciennes, (‘Val des Cygnes’ à Valenciennes – Valencena quondam cÿgnorum vallis) ce qui a laissé plusieurs représentations iconographiques et cartographiques:

Louis de la Fontaine, Antiquités de Valenciennes, BM Douai, Ms 1183, f°9. L’enluminure ici réalisée par Hubert Cailleau illustre un cygne volant e sur le Un homme est en train de chasser les cygnes à l’arc. URL : http://initiale.irht.cnrs.fr/codex/2075

Dès le XIIIe siècle, le comte de Hainaut dispose de droits de chasse sur les oiseaux d’eau, notamment sur les oies et les cygnes, qui représentent un prestige et dont la consommation constitue l’apanage des élites seigneuriales. Il constitue l’un des marqueurs sociaux et politiques liés à l’alimentation médiévale.

Qui plus est, Un document assez extraordinaire, conservé dans les Bulletins de la Société Historique et Littéraire de Tournai (Volume 4), nous renseigne sur le marquage des oiseaux de rivière au XVIe siècle. Il s’agit d’une ordonnance de Charles Quint datée du 29 janvier 1546, c’est-à-dire approximativement à la même époque que la vue de Valenciennes, et qui porte sur les pratiques de marquage des cygnes circulant sur le cours de la Scarpe et de l’Escaut au XVIe siècle . En voici ici un extrait, transcrit dans le bulletin :

S’ensuivent les enseignes de chacun seigneur dont leurs cignes sont enseignes sur la riviére d’Escarpe :

Premier, l’abbesse de Flines mect à ses cignes une croche au droict costé du becq et une porte-pièce à l’enclencq (1) costé. Le seigneur de Montigny, ung queviron (2) au travers du becq. Le comte de Lalaing, une croix Saint-Andrieu au tra vers du becq.

L’abbé d’Anchin, deux quevirons au long du becq. L’abbé de Marchiennes , deux croix au droict costé du becq, et ung à l’enclen tout aultre. Le seigneur de Warlaing, deux crengs (1) à chascun costé du becq. L’abbé de Hasnon, une barre au droict costé du becq. >

L’abbé de Saint-Ainand , deux quevirons à l’enclen costé du becq et une croche au droict costé du becq et le grand ongle du droict pied couppé.

Le seigneur de Mortaigne , cinq croissants au droict costé du becq et sont lesdits cignes du droict desdits seigneurs.

L’abbé de Chasteau l’Abbaie , ung croissant à l’enclen costé du becq et l’angle du talon de l’enclen pied couppé.

L’on va enseigner et marquier lesdits cignes le lendemain de l’Assomption de N. D. ; et de chascune seignourie y va ou doibt aller à tout le moings ung homme. Est à noter que les hateurs (2) n’osent et ne poevent prendre nulz ne aulcuns cignes sur la rivière devant le Saint-Martin, xi.e jour de novembre, sur peine de grande amende.

Du droit d’avoir des cygnes sur la Scarpe et de la marque desdits cygnes, Archives de Flines, cahier de dix feuillets, transcrit dans Bulletin de la Société historique et Littéraire de Tournai, tome IV, 1856, p. 21-25, ici p. 22-23

Chaque abbaye et seigneurie disposait donc de sa propre marque pour identifier les oiseaux qui leur appartenait. Ces pratiques illustrent les modes d’appropriation de la ressource animale par l’autorité seigneuriale, intégré à leur prérogatives, aux droits d’eau et de chasse privilégiés de ceux-ci dans les rivières, marais et étangs de leur juridiction.

De surcroît, les multiples mentions de cygnes au milieu du XVIe siècle suggère la forte présence de ce gibier d’eau à l’époque dans les rivières et les zones humides de Scarpe-Escaut, donnant lieu à des pratiques cynégétiques, des règlements et dispositifs de régulation spécifiques.

Plus tardivement, au XVIIe siècle, Philippe Petit, dans son Histoire de Bouchain, fournit une description intéressante de la Garenne des Cygnes, vaste plan d’eau destiné à l’élevage des oiseaux d’eau situé dans dans les viviers de basse-ville, propriété du comte de Hainaut, du comte d’Ostrevant Anselme de Ribemont puis du Roi.

Aujourd’hui, les cygnes continuent d’occuper une place importante dans les plans d’eau en investissant de nouvelles zones humides (mares artificielles, canaux, fossés de fortification)

Enfin, il existait également des élevages d’oies, dites osons, nourris et engraissés dans les sur les bords de la Scarpe douaisienne (d’après les recherches menées par Etienne Louis, Arkeos) et à Hergnies (Pays des Osons).

De l’histoire à l’archéologie environnementale, le cas de l’étang du Château de Condé / forteresse de l’Arsenal

Les différentes recherches menées en France montrent que l’archéologie environnementale et l’archéozoologie fournissent une contribution essentielle à l’étude de la pisciculture médiévale. Toutefois, celle-ci reste a fait l’objet d’encore peu d’études pour les étangs piscicoles du nord de la France, et en Scarpe-Escaut. L’étude la plus importante à ce jour est celle de Chloé Deligne sur la vallée de la Scarpe. L’étude historique de ces réseaux d’étangs peut être complétée par des investigations archéologiques, dans une région où l’archéologie préventive et programmée est très développée, avec d’importantes opérations archéologiques menées en Scarpe-Escaut (Saint-Amand-les-Eaux, Condé-sur-l’Escaut, Vaucelles). Ainsi, la campagne archéologique programmée du Château de l’Arsenal de Condé a permis la fouille partielle de l’ancien étang intérieur à la forteresse, avec la mise à jour des anciennes structures liées à l’étang (clayonnages, fosses à baquet, canalisations en bois). De nouveaux sondages archéologiques couplés à une étude malacologique (=coquilles) et de la faune aquatique permettra sans doute d’en apprendre davantage sur ce système hydraulique aquacole et son évolution entre les XIVe et XVIIIe siècles.

Bord de l’étang en clayonnage et canalisation avec clapet de régulation des eaux, Forteresse de l’Arsenal, campagne 2013, s. 41, cliché L. Deudon

Bibliographie

Deligne, 2003, ch. 4 : « Les viviers, clés des eaux de l’hinterland », p. 131-178, in Bruxelles et sa rivière, genèse d’un territoire urbain, Turnout, Brepols.

Deudon, Laëtitia, 2020, « Ch. 3. L’ère des étangs : les structures piscicoles et cynégétiques intégrés aux hydrosystème (XIIe -XVIIIe siècles) », thèse de doctorat en préparation.

Deudon, « Une histoire de la pisciculture dans la vallée de l’Escaut : les viviers de Crèvecoeur-sur-l’Escaut », Cambrésis Terre d’Histoire, n°84, juin 2019.

Querrien, Armelle, « Pêche et consommation du poisson en Berry au Moyen Âge », Bibliothèque de l’école des chartes, 2003, tome 161, livraison 2. p. 409-435

Sources

De la Fontaine, Louis, Antiquités de Valenciennes, BM Douai, Ms 1183

De Navarre, Pierre, Antiquité de Valenciennes, BM Valenciennes, Ms 1205

Petit, Philippe, Histoire de Bouchain, Douai, 1861.

4e journée d’études – PCR Les places fortes des Hauts-de-France – 13/03/20 La représentation des places fortes septentrionales, du papier à la 3D

Vendredi 13 mars 2020

Auditorium du Palais des Beaux-Arts de Lille

18bis rue de Valmy – Lille

À partir de 9h

9h00 Accueil


9h30 Ouverture


Bruno GIRVEAU, Palais des Beaux-Arts, Lille
Charles MÉRIAUX, IRHiS, ULille
Marc DROUET, DRAC Hauts-de-France
9h45
Président de séance : Philippe BRAGARD
Université de Louvain-la-Neuve, Belgique


Thomas BYHET, SRA Hauts-de-France, DRAC (associé IRHiS)
Nicolas de Nicolay, géographe du roi,
et la cartographie des places fortes du Boulonnais au XVIe siècle

Christine CERCY, Inrap Hauts-de-France, (associée IRHiS)
Yves ROUMEGOUX, SRA Hauts-de-France, DRAC
La collecte et l’analyse de la documentation figurée d’Ancien Régime et du xixe siècle : un outil au service de l’archéologie


Pause


11h15
Mathieu BÉGHIN, Service archéologique municipal de la ville d’Arras (associé IRHiS) Mélanie LERAT, Musée des Beaux-Arts, Arras
De l’archéologie de la maquette à l’archéologie de terrain :
réflexions sur les fortifications bastionnées autour du plan-relief d’Arras (1978-2019)

Nathalie DEREYMAEKER, IRHiS, ULille-UCL
Florence RAYMOND, Palais des Beaux-Arts, Lille
De la fortification au coeur des plans-reliefs :
étude de cas des plans-reliefs conservés au Palais des Beaux-Arts de Lille

12h30 Déjeuner
13h30 Visite des plans-reliefs en 2 groupes
14h15

Présidente de séance
Christine CERCY, Inrap Hauts-de-France

Clotilde SABLON DU CORAIL, Service Historique de la Défense
Olivier ACCARIE-PIERSON, Service Historique de la Défense
Grégoire BINOIS, Univ. Paris1 et Strasbourg, IHMC et Arche
Construire, combattre, transmettre :
le rôle et l’évolution de la pratique du dessin militaire au xviiie siècle.
L’exemple de Maastricht (Pays-Bas)

Isaure BOITEL, Centre d’Histoire des Sociétés, des Sciences et des Conflits, Université de Picardie Jules Verne (Amiens)
Ceinturer le Nord.
Les représentations des places fortes septentrionales à travers les arts pendant le siècle de fer

Jérôme FOURMANOIR, IRHiS, ULille
La représentation des fortifications du Nord et du Pas-de-Calais au xixe siècle :
regards croisés peintures et photographies
Pause
16h00

Philippe DIEST, Université Catholique de Lille (associé IRHiS)
Protéger au titre des Monuments Historiques les éléments fortifiés des villes septentrionales :
motivations et représentations d’un objet patrimonial en construction (xixe-xxe siècles)

Matthieu DELTOMBE, Service archéologique de Valenciennes
Laëtitia DEUDON, Calhiste, UPHF/Université de Montréal
Renouveler l’étude des places fortes du Haut-Escaut grâce aux outils numériques.

Des archives à la modélisation
17h00 Conclusion

Responsables scientifiques : Thomas Byhet, Claire Pichard, Yves Roumegoux (SRA, DRAC Hauts-de-France), Christine Aubry (IRHiS) et Florence Raymond (Palais des Beaux-Arts de Lille)

Pour les auditeurs libres, inscription sur demande à thomas.byhet@culture.gouv.fr

3e journée d’étude – PCR Les places fortes des Hauts-de-France – 12/03/20 Désigner le fait fortifié : le vocabulaire descriptif de la place forte septentrionale

Jeudi 12 mars 2020

Responsables scientifiques : Thomas Byhet, Claire Pichard, Yves Roumegoux (SRA, DRAC Hauts-de-France) et Christine Aubry (IRHiS)

Salle de séminaire de l’IRHiS – Université de Lille – Villeneuve d’Ascq

À partir de 9h

9h30 Ouverture
Charles MÉRIAUX, IRHiS, ULille
Jean-Luc COLLART, SRA Hauts-de-France, DRAC
Thomas BYHET, Yves ROUMEGOUX,
SRA Hauts-de-France, DRAC
DÉSIGNER LE FAIT FORTIFIÉ :
LE VOCABULAIRE DESCRIPTIF DE
LA PLACE FORTE SEPTENTRIONALE

9h45 – Président de séance Yves ROUMEGOUX SRA Hauts-de-France, DRAC


Jean DAVOIGNEAU, Virginie SERNA, Mission de l’inventaire général du patrimoine culturel, Ministère de la Culture
Identifier, dénommer, désigner :
l’inventaire général du patrimoine culturel et l’architecture fortifiée

Philippe BRAGARD, Université de Louvain-la-Neuve, Belgique (associé IRHiS)
Le vocabulaire de la fortification moderne, une tour de Babel ?
Apport de la théorie


Pause


11h15
Victor MARSY, Master Mondes Anciens, ULille
Le vocabulaire des places fortes dans les Gesta Episcoporum Cameracensium : les fortifications de Cambrai au haut Moyen Âge

Angélique DEMON, Service archéologique municipal, Boulogne-sur-Mer (Halma, associée IRHiS)
Recension des termes employés pour la description des fortifications boulonnaises (xve-xviiie siècles)
Discussion
12h30 Déjeuner

13h30
Président de séance
Philippe DIEST, Faculté Catholique de Lille (associé IRHiS)


Christine CERCY, Virginie DECOUPIGNY, Estelle DELMONT, Laurent DESCHODT, Inrap Hauts-de-France
Le front de Bèvres à Cambrai (Nord) :
de sa construction à son démantèlement

Mathieu BÉGHIN, Yann HENRY, Service archéologique municipal de la ville d’Arras
Archéologie des fortifications modernes :
actualités arrageoises (2018-2020)

Alain HENTON, Inrap Hauts-de-France
Condé-sur-l’Escaut (Nord) :
les fortifications médiévales et modernes observées au travers du prisme de l’archéologie préventive

Pause
15h30

Étienne LOUIS, conservateur en chef du patrimoine honoraire
Une redoute de campagne du xviiie siècle de plan circulaire à Râches (Nord)

Yann LORIN, Inrap Hauts-de-France
Les vestiges du siège de la ville d’Aire-sur-la-Lys (Pas-de-Calais) à l’époque moderne

Alain HENTON, Yves CRÉTEUR, Frédéric BROES, Inrap Hauts-de-France
Places fortes éphémères.
Retranchement de sièges et de mouvements de troupes de la guerre de succession d’Espagne (1701-1714). Données récentes de prospections sur ortho-photographies aériennes de haute altitude dans le département du Nord


Discussion


17h00 Conclusion

Pour les auditeurs libres, inscription sur demande à thomas.byhet@culture.gouv.fr

— Journée d’étude — UPHF La vallée de l’escaut, de l’histoire aux projets de territoire – Programme

05 décembre 2019 – Campus Mont Houy – bâtiment Matisse – Amphi 150

9h30 : Accueil des participants

9h45 : Ouverture de la journée par Leon Dhaene, secrétaire général de la Commission internationale de l’Escaut (Anvers)

10h : Introduction – La vallée de l’Escaut, un territoire levier de la recherche et de l’innovation culturelle. Laetitia Deudon, Bahéra Oujlakh, Caroline Soreau.

Session 1 : L’étude des dynamiques environnementales de la vallée de l’Escaut de la Préhistoire à la période contemporaine

Discutants : Bahéra Oujlakh et Gilles Leroy

10h15 : 20 années d’archéologie : le Haut-Escaut, une vallée fortement fréquentée. Gilles Leroy, DRAC Hauts-de-France – Service régional de l’archéologie, coordinateur des Ateliers Escaut, Lille.

10h45 : L’occupation préhistorique de l’Escaut belge et son cadre paléo-environnemental : le site de Ruien et de Kerkhove. Hans Vandendriessche & Philippe Crombé, Université de Gand

11h15 : De la rivière au canal, quelle histoire environnementale de la vallée du Haut-Escaut ? Retours sur une trajectoire paysagère originale (12e-21e siècles). Laëtitia Deudon, Université polytechnique Hauts-de-France et Université de Montréal (Canada).

11h45 : Condé-sur-l’Escaut. L’anthropisation de la confluence Escaut-Haine, au coeur du développement de la ville médiévale et moderne (12e -17e siècle). Alain Henton et Laurent Deschodt, Institut national des recherches archéologiques préventives (Inrap).

Session 2 : Art, littérature et nouvelles technologies : la valorisation culturelle et patrimoniale sur le territoire de l’Escaut

Discutants : Arnaud Huftier et Caroline Soreau

– Projection : Les outils numériques et la restitution de la place forte de Condé-sur-l’Escaut. Lionel Droin, & Matthieu Deltombe, assistant de conservation, Ville de Valenciennes, fouille programmée du Château de l’Arsenal –

13h30 : L’âme de la pierre : la reconstitution de l’Escaut et du pont des Trous à Tournai. Thierry Roland Tiston, auteur et artiste tournaisien.

14h : “Ondes” : une immersion aquatique et sonore dans l’oeuvre du plasticien Julien Poidevin. Bahéra Oujlakh, Université polytechnique Hauts-de-France.

14h30 : Présentation de la fête historique Les Arts dans les Remparts : la valorisation du patrimoine, de la mémoire et des savoir-faire dans le territoire de l’Escaut. Monique Szarek, Comité de quartier du Vignoble/Faubourg de Paris, coordinatrice de l’association les Arts dans les Remparts.

Session 3 : De l’histoire aux enjeux de développement du territoire, retours d’expérience et projets

Discutants : Laëtitia Deudon et Ludovic Laloux

15h : La géohistoire des vallées de la Scarpe et de l’Escaut, un atout pour la labellisation Ramsar des zones humides. Mathilde Bouret, chargée d’étude Parc naturel régional Scarpe-Escaut & Laëtitia Deudon, Université polytechnique Hauts-de-France et Université de Montréal (Canada).

15h30 : L’évolution du rapport à l’humide en zone de plaine alluviale : le cas de Laplaigne, village riverain de l’Escaut (Belgique). Thibaut Ghils, Faculté d’architecture, d’ingénierie architecturale, d’urbanisme de l’Université catholique de Louvain (Belgique).

16h : La navigation sur l’Escaut d’hier à aujourd’hui : témoignage et retour d’expérience sur le métier de douanier à Mortagne-du-Nord. Serge Carpentier, Receveur principal des douanes honoraire retraité.

16h30 : Raconter le patrimoine industriel de l’Escaut grâce au Steampunk ?, Caroline Soreau, Université polytechnique Hauts-de-France.

17h : Conclusion et clôture de la journée

Programme complet disponible ici

Journée d’étude « La vallée de l’Escaut : de l’histoire aux projets de territoire », Valenciennes, 5 décembre 2019

À l’heure où la vallée de l’Escaut s’inscrit au cœur d’importants projets de territoire (Canal Seine-Nord Europe, labellisation RAMSAR, boucle Un’Escaut, parc transfrontalier, projet EscautSchelde2050), il paraît intéressant de mettre à l’honneur les dynamiques de ce territoire transfrontalier en pleine mutation, où les initiatives de recherche et de valorisation se sont multipliées au cours de ces dernières années, dans une approche pluridisciplinaire et intégrée au territoire.

Afin de couvrir l’éventail des actions menées en ce sens par les chercheurs, associations et professionnels du territoire, différentes sessions sont proposées, auxquelles les contributeurs pourront participer. La journée sera organisée autour de 3 thématiques principales :

  • L’étude des dynamiques historiques de la vallée du Haut-Escaut, du Moyen Âge à la période contemporaine, en soulignant les particularités qui font l’originalité de ce territoire transfrontalier. À travers un regard interdisciplinaire, l’objectif de cette session sera de retracer les trajectoires des paysages de la vallée, à partir de l’étude des aménagements et des activités liées à l’eau. Cette thématique mobilise une diversité de sources (textuelles, cartographiques, archéologiques) dans une perspective diachronique.
  • La valorisation des formes artistiques et littéraires sur le territoire de l’Escaut, levier d’innovation et de requalification du territoire industriel dans le Hainaut-Cambrésis. Cette démarche fait appel à des supports, à des médias et à des savoir-faire variés et complémentaires. Ceux-ci permettent de raconter l’Histoire et les histoires du territoire et de l’imaginaire fluvial. La session soulignera l’apport des outils numériques et des nouvelles technologies dans l’étude et la mise en valeur du territoire de l’Escaut, ainsi que les enjeux patrimoniaux associés.
  • L’apport des travaux sur l’Escaut pour les acteurs et gestionnaires du territoire, dans la connaissance et la de valorisation des milieux d’eau du bassin-versant de l’Escaut. Cette dernière session sera consacrée à l’intégration des valeurs culturelles et historiques dans les problématiques et enjeux actuels du territoire, à travers quelques exemples d’actions menées entre les chercheurs et les gestionnaires dans une démarche appliquée.

La journée d’étude se terminera par le vernissage d’une l’exposition sur le thème « Arts et industries dans le territoire de l’Escaut », auquel des artistes, structures culturelles et des associations seront conviés pour présenter leurs œuvres et projets artistiques dans la/les thématique(s) de la journée d’étude.

Les propositions de communication comprendront un résumé de 250 à 300 mots, 5 mots-clés, une courte biographie de l’auteur et ses coordonnées. L’ensemble est à envoyer avant le 10 novembre à l’adresse suivante : je.escaut@gmail.com. La journée d’étude fera l’objet d’une publication électronique collaborative consultable via le carnet de recherche Carnets d’Escaut : escaut.hypotheses.org

Parution : une histoire de la pisciculture dans la vallée de l’escaut, Cambrésis terre d’histoire, n°84, juin 2019

Résumé :

La vallée du Haut-Escaut constituait dans le passé une riche terre de pisciculture. Le long du cours de l’Escaut, des chapelets de viviers et d’étangs ponctuaient autrefois le paysage de la plaine humide, essentiels à la subsistance des communautés monastiques. L’importance paysagère de ces structures piscicoles a notamment été immortalisée dans les planches des Albums de Croÿ, dont la vue de l’abbaye de Vaucelles reste emblématique. À travers les cas des viviers de Vinchy et de Vaucelles, situés à Crèvecoeur-sur-l’Escaut/Les-Rues-des-Vignes, cet article propose une étude inédite de l’activité piscicole dans la plaine de l’Escaut. Ce travail de recherche s’intègre à une thèse en préparation sur l’évolution du territoire de l’Escaut et de ses aménagements hydrauliques du Moyen Âge à aujourd’hui. Cette thématique, en plein renouvellement, rejoint les recherches récentes en histoire environnementale et géohistoire des paysages. Cette histoire de l’environnement permet de replacer les abbayes du Cambrésis dans leur contexte territorial et de souligner leur rôle dans la transformation du paysage scaldien jusqu’à aujourd’hui.

Parution 2019 : actes du colloque géohistoire de l’environnement et des paysages





Les Actes du colloque Géohistoire de l’environnement et des paysages, organisé à Toulouse du 12 au 14 octobre 2016, sont parus aux éditions du CNRS en juin 2019.

Parmi les différentes contributions figure un article co-écrit concernant les apports de la démarche géohistorique dans la gestion et valorisation du territoire de l’Escaut, à travers un travail de collaboration entre l’Université de Valenciennes et le PNR Scarpe-Escaut centré sur l’étude de la géohistoire des zones humides des vallées de la Scarpe et de l’Escaut dans le cadre d’un projet de labellisation RAMSAR qui vise à la reconnaissance internationale de la valeur des milieux humides d’un territoire donné. Cet article à quatre mains a permis de souligner l’importante contribution de l’étude historique du bassin de l’Escaut dans les enjeux territoriaux actuels

Vidéo – Géohistoire des zones humides de la vallée du Haut-Escaut – Colloque Valeurs et usages des zones humides, Bailleul, 2017

Résumé :

Les zones humides contemporaines s’inscrivent dans un territoire construit sur la longue durée résultant d’interactions multiples entre les sociétés et leur environnement qu’il est nécessaire de comprendre et de contextualiser. Par l’approche géo-historique, l’objectif de cet article est de retracer l’évolution sur le temps long des zones humides de la vallée de l’Escaut, du Moyen Âge à l’actuel à travers l’étude des paléo-usages, des évolutions morphologiques et des enjeux successifs (pratiques, inondations) qui ont régit ces mutations de longue durée. Intégrée aux réflexions actuelles, l’étude géo-historique appliquée constitue un outil riche pour les gestionnaires et acteurs de l’environnement afin de mieux circonscrire et gérer les zones humides d’aujourd’hui, appréhendées en tant que paysages hérités. L’étude diachronique de la métamorphose des zones humides apporte des éclairages sur les dynamiques contemporaines, la nature des problèmes posés, les enjeux de gestion futurs (préservation, restauration, valorisation) afin d’établir des prospectives et des projets de territoire en adéquation avec ces héritages et enjeux. Cette démarche entre notamment dans le cadre des processus de labellisation patrimonial où l’étude géo-historique illustre les « valeurs culturelles et sociales » des zones humides, ici en vue de la candidature au label Ramsar portée par le Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut.

Présentation intégrale disponible sur le lien suivant :

https://www.youtube.com/watch?v=PheKanp0LhA&t=186s

L’Escaut, une rivière de guerre (1914-1918)

L’Escaut, par sa situation historique de frontière tant naturelle que politique, a longtemps constitué un enjeu stratégique lors des guerres.
Le fleuve a effectivement été le théâtre d’importants conflits allant du Traité de Verdun (843) à la 2ème Guerre Mondiale (Batailles de l’Escaut : mai 1940, octobre-novembre 1944) , en passant par les guerres de Louis XIV et les guerres napoléoniennes, où le contrôle de la voie d’eau a été un élément essentiel dans la défense des territoires du Nord de la France, de la Belgique et des Pays-Bas. Lors de la 1ère Guerre Mondiale, les vallées fluviales du Nord (Escaut, Scarpe, Sensée, l’Agache) et de Picardie (Somme, Oise) ont été le théâtre de plusieurs batailles entre le front allié et l’offensive allemande. 

Carte du front occidental avec la localisation des principales batailles entre 1915 et 1918. Source : Bibliothèque et Archives du Canada

Les descriptions géographiques de la 1ère Guerre mondiale par les militaires

Les archives canadiennes de la 1ère Guerre Mondiale – l’armée canadienne ayant été très active sur le territoire du Nord (Libération de Cambrai – 9 octobre 1918, Corps expéditionnaire canadien), contiennent des descriptions géographiques des vallées de l’Escaut, de la Sensée, de la Scarpe et des canaux de navigation dans une optique militaire visant à connaître précisément le territoire et son réseau hydrographique dont la maîtrise sera déterminante lors de la 1ère Guerre Mondiale (Victoire du Canal du Nord, 27 septembre 1918) . Les vallées humides de l’Escaut et de ses affluents sont alors décrites comme des « marshy valleys », des vallées marécageuses, dont la traversée peut s’avérer difficile pour les soldats. Par conséquent, les militaires canadiens et britanniques étudient minutieusement les itinéraires à emprunter en fonction des contingences géographiques et pointent les obstacles causés par les rivières et les marais dans le mouvement des troupes (cavalerie). Les zones humides du bassin de l’Escaut s’avèrent difficilement praticables, exceptés à quelques points de franchissement repérés par les ingénieurs et militaires spécialisés.

Notes on the Area between the Scarpe, La Sensée Canal, Canal de l’Escaut and Cambrai – Bapaume Road, Bibliothèque et Archives du Canada. 

« The ESCAUT rises South-west of LE CATELET and is the main feeder of the canal. Together with the canal it forms a serious obstacle. The bed varies from 15 to 40 feet in width, with banks from three to six feet in height, which are bordered by trees and small bushes […].
From CAMBRAI Northward the river is canalised. The ESCAUT canal has a breadth between banks of 66 ft. and at bottom 40 ft. The depth is 6 ½ to 7 ft. throughout […]
North of CAMBRAI approaches are restricted owing to numerous irrrigation ditches. The ground on the East bank is the vicinity of ESWARS is marshy and impracticable ».

Notes on the Country between the Canals of the Escaut, Sensée and Du Nord and the Grand Ravin, p. 4-5. 

Franchir la rivière en temps de guerre

Le franchissement des cours d’eau est déterminant en temps de guerre. Les points de franchissement sur l’Escaut sont finement étudiés par chaque camp afin de connaître et franchir aisément une rive à l’autre. Des cartes topographiques représentent les gués, ponts et autres « crossings »  permettant de traverser les rivières et canaux et de choisir les meilleurs retranchements en bordure des digues de l’Escaut. 

Maps showing Cuttings and Enbankments on the Cambrai-Douai Link – 19 septembre 1918, Echelle, 1/40000, Bibliothèque et Archives du Canada.

Afin de freiner l’avancée ennemie, les ponts sont régulièrement dynamités ou bombardés afin de couper la communication terrestre et fluviale.

Condé-sur-l’Escaut – Ruines du Pont Rouge sur l’Escaut, Guerre 1914-1918.
Source : Archives municipales de Valenciennes, legs Vanhove, 22 Z 53 105

Les armées jettent alors des ponts provisoires, souvent en bois, sur les rivières et canaux afin de traverser les principales voies d’eau du territoires. Là aussi, les militaires examinent les sites les plus propices à recevoir ces ponts militaires. Plusieurs ponts sont ainsi construits par les Canadiens, les Britanniques et les Allemands sur le Vieil-Escaut et le canal de Navigation, notamment dans le secteur de Cambrai, de Valenciennes et de Condé-sur-l’Escaut, cette dernière étant à la frontière France/Belgique.

« BRIDGING SITES
The best sites for throwing military bridges would be just at the locks or below the locks as the Canal would not be embanked ».

Notes on the Country between the Canals of the Escaut, Sensée and Du Nord and the Grand Ravin, ANC, RG-24, dossier 22006, p. 2
Bridge built by British Army upon the Escaut. Source : Bibliothèque municipale de Valenciennes, don Claude Martin, MAR4169.

Les inondations militaires

De surcroît, les inondations militaires permises par le contrôle des écluses et les ruptures de digues, permettent l’inondation des marais de la plaine humide et de freiner l’avancée des troupes. Aux mains des Allemands, le contrôle des inondations défensives est déterminant dans le secteur de l’Escaut : 

« The control of the waterways is in the hand of the enemy, who can utilise at will the water of the Scarpe, Sensée Escaut and Oise for inundations either in the Scarpe, Escaut pr Sensée Valleys ».

(Bibliothèque et Archives du Canada, RG-24- dossier 22006, Notes on the Area between the Scarpe, La Sensée Canal, Canal de l’Escaut and Cambrai-Bapaume Road). 

Le contrôle des niveaux d’eau des rivières et des marais fait l’objet d’une attention particulière d’autant que les eaux pluviales peuvent rapidement submerger le lit majeur de l’Escaut et de ses tributaires et ralentir la circulation des troupes. La destruction des écluses est également stratégique pour provoquer ou empêcher l’inondation et empêcher la communication par voie d’eau ou par la route en faisant rapidement monter les eaux sur les terres.

« The volume of water would be considerable and would flood the valley from the bend in the canal to COURCHELETTES for a width of at least 500 metres. The villages of GOEULZIN and FERIN would be submerged ».

Notes of the Valleys of the Scarpe and Sensee, prepared by the general Staff, Londres, 1917, Crown Copyright reserved
The lock gates and bridge, Canal de l’Escaut, mined by the Germans when driven from Cambrai by Canadians. November, 1918, Source : BAC-LAC, fonds photographiques

L’approvisionnement en eau potable est également important en temps de guerre pour les soldats et les animaux et les descriptions écrites repèrent les puits et plans d’eau tels que les étangs.

L’impact de la guerre 14-18 sur les aménagements et industries de l’Escaut

La 1ère Guerre Mondiale a eu un impact économique considérable qu’illustre la destruction des infrastructures hydrauliques et des usines situées sur l’Escaut. Les moulins et établissements industriels en bord de canal sont eux aussi bombardés ou contrôlés par les soldats allemands. La destruction des vannages, des bâtiments des moulins, l’abandon des usines a laissé de nombreuses photographies d’époque affichant un Escaut en ruines, où les activités du bord de l’Escaut ont aussi été impactées par les conflits. La mainmise sur ces industries par les Allemands est stratégique puisqu’elle permet de contrôler la production et de bloquer l’économie du territoire.

Vue des moulin Giard à Valenciennes et de ses vannages détruits, coll. part. 
Soldats dans les ruines du moulin Giard
Guerre Mondiale -Anzin, Tuyauterie Escaut et Meuse, BMV, don Claude Martin, MAR 5145

La destruction des aménagements hydrauliques, la construction des casemates, les obus tombés dans la rivière ont laissé des empreintes des deux Guerres Mondiales sur le territoire jusqu’à aujourd’hui : https://www.rtbf.be/info/regions/hainaut/detail_decouverte-d-un-obus-sur-le-chantier-de-l-ecluse-de-kain?id=9120763

L’histoire actuelle tend de plus en plus a tisser les liens entre guerre et environnement, entre eaux et conflits pour comprendre quel a été le rôle des cours d’eau dans ces conflits majeurs et l’impact environnemental des guerres sur la transformation des écosystèmes et le paysage actuel.

Le passé de l’Escaut a ainsi été jalonné par ces conflits qui ont façonné la particularité du territoire de la vallée, son caractère exceptionnel de rivière forgée par les guerres séculaires que les recherches historiques remettent au goût du jour. 

Bibliographie et liens Internet

  • DEUDON L., Géohistoire de la construction des territoires fluviaux. La vallée de l’Escaut et la vallée du Saint-Laurent, thèse de doctorat en cours de préparation, Université polytechnique des Hauts-de-France/Université de Montréal, recherches 2018.
  • DUDZINSKI F. Denain, Histoire d’un bassin industriel, Sutton, 2018.
  • OBLED E., Combats sur l’Escaut, 1955.
  • OBLED E, La Bataille de l’Escaut et de la Sensée, mai 1940, 2002.
  • Association Bouchain Patrimoine, « La Bataille de l’Escaut » : https://www.bouchainpatrimoine.com/la-guerre-39-45/la-bataille-de-mai-1940/

Actualité de l’archéologie dans la vallée de l’Escaut – septembre 2018

L’été 2018 a été marqué par plusieurs opérations archéologiques menées dans la vallée de l’Escaut amont. Tandis que l’exposition « Voyage au coeur de l’Escaut néolithique » mettait à l’honneur les 4 années d’archéologie programmée à Bouchain sur une ancienne berge de l’Escaut occupée à la Préhistoire récente, le chantier archéologique programmée du Château de l’Arsenal à Condé-sur-l’Escaut fêtait quant à lui ses 10 ans de campagne (2008-2018). Ces deux sites archéologiques en cours de fouille témoignent des avancées significatives dans la connaissance du passé de la vallée de l’Escaut, des premières occupations néolithiques aux aménagements de l’époque moderne.

Bouchain, rue Roger Darthois : voyage au coeur de l’Escaut néolithique

L’opération programmée de Bouchain, coordonnée par Gilles Leroy (DRAC – Service régional de l’Archéologie), s’inscrit dans un Programme Commun de Recherche sur la Préhistoire dans le bassin de l’Escaut. Les investigations, menées depuis 2008, ont permis d’identifier plusieurs site, dont celui de Proville et Wavrechain-sous-Faulx. La fouille de Bouchain est quant à elle consécutive d’un diagnostic mené en 2012 sur une parcelle voulé à un projet de lotissement finalement abandonné, le site étant classé en zone inondable.

L’archéologie préventive devient alors une archéologie programmée en 2014. La fouille a ainsi permis de déterminer ce site qui correspond à une zone de travail en marge d’habitat directement au contact de la plaine humide de l’Escaut et caractérisée par différentes activités d’exploitation du milieu : essartage, chasse, pêche, travail de la matière dure animale (bois et os de cervidés) et minérale (silex, grès), du bois (arcs en if, planches d’assemblage, bois brûlés), agriculture, élevage, activités artisanales (perles, alènes) etc. Ensuite, les observations géomorphologiques et paléoenvironnementales permettent de restituer partiellement le paysage ancien de la vallée (faune, flore, dynamique fluviale et morphosédimentaire), avec en outre une analysée poussée des bois par étude dendrologique et xylologique.

Bouchain, un site d’activité d’exploitation du milieu, en marge d’un ancien méandre, cl. Gilles Leroy, campagne 2017.
Exposition « Voyage au coeur de l’Escaut néolithique », organisée par la Ville de Bouchain et l’Association Bouchain Patrimoine, coord. Gilles Leroy, Laëtitia Deudon et Annie Bertout, DRAC – Ministère de la Culture 

La campagne archéologique de l’Arsenal – Condé-sur-l’Escaut

Organisée du 30 juillet au 25 août 2018, la campagne d’archéologie programmée du château a permis la mise au jour la contrescarpe du fossé de l’enceinte primitive, édifiée au confluent entre la Haine et l’Escaut (condate, a condando = confluence). Ensuite, le système de pieux et de madriers de fondation du mur d’enceinte a été mis en évidence.  Il s’agit d’un ensemble de pieux plantés et de madriers longitudinaux et transversaux, taillés en biseaux pour constituer un radier de fondation solide afin d’assurer la stabilité de la fortification édifiée directement dans le marais. Ces aménagements illustrent l’adaptation des constructions en milieu humide dans un environnement gorgé d’eau qui a pu être partiellement modifié et maîtrisé. 

Le fond du fossé et les pieux de fondation de l’enceinte du XIIIe siècle, cl. L. Deudon

Le diagnostic du quai de Rempart : sur les traces des aménagements de la Hainette

Dans le même temps, un diagnostic préventif mené par l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) a permis de dégager une partie de l’enceinte urbaine médiévale (XIVe) et l’ancienne voûte de la Hainette, dérivation naturelle ou artificielle de la Haine, qui rejoignait autrefois l’Escaut au pied du château de Condé.

Les observations d’Alain Henton et de son équipe a permis de souligner l’ancienneté de cette rivière et son rôle dans le développement de la ville qui s’est construite sur une partie de ses zones humides, par assèchements et remblaiements successifs. Rappelons que les cours d’eau et les zones humides étaient intégrés à la défense de cette place-forte frontalière, notamment par le déploiement de vastes inondations militaires dès le XVIe siècle. Hormis leur fonction militaire, les rivières – dont la Hainette – permettaient l’alimentation des différentes industries (moulins, tordoirs, brasseries), la navigation et l’approvisionnement en eau des riverains et des bêtes (abreuvoirs).

Les recherches historiques et archéologiques montrent les phases successives d’occupation et d’aménagement qui ont transformé le faciès paysager du bassin de l’Escaut avec plusieurs temps forts : les défrichements et la mise en place des espaces agropastoraux ( ca IVe millénaire – XIIe siècle), le développement des fortifications urbaines et castrales (XIIe-XVIIIe siècles), des systèmes  d’exploitation de la force hydraulique et les travaux de drainage impulsés par les abbayes et seigneuries (IXe-XIXe siècles), les travaux de canalisation de l’Escaut (XVIIIe-1970), les campagnes d’assèchement de marais (1680′-1880′) et l’industrialisation de la vallée (1730-…).

La synthèse différentes opérations archéologiques effectuées à Condé depuis plusieurs années (Arsenal, médiathèque le Quai, Place Delcourt, Quai du Petit Rempart), croisées aux recherches historiques, permettront d’en connaître davantage sur l’aménagement de l’Escaut et de la Haine et les principales temporalités d’évolution du paysage fluvial et d’aménagement du territoire. 

Bouchain, vallée de l’Escaut

Archéologie en vallée de l’Escaut
– de la Préhistoire à l’époque moderne –

Compte-rendu du Café-Histoire : « Zones humides de chez nous » sur l’histoire des zones humides des vallées de l’Escaut et de la Scarpe

Le 6 février 2018, le Café-Histoire « Zones humides de chez nous » s’est tenu au Little Rock Café de Valenciennes (Nord) à l’occasion de la Journée mondiale des Zones Humides. Organisé par l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis et le Parc naturel régional Scarpe-Escaut, la manifestation a réuni plus de 40 personnes issues de différents horizons, regroupant ainsi scientifiques, professionnels, étudiants, associations et grand public, pour écouter les conférences proposées et nourrir les échanges sur l’histoire des zones humides des vallées de la Scarpe et de l’Escaut dans une visée participative en s’intégrant à un programme d’animations plus large proposé par le PNR, composé de visites, d’animations et de conférences diverses.

Ce café s’est inscrit dans un projet d’actualité qui est la candidature des vallées de la Scarpe et de l’Escaut à la labellisation Ramsar dont le comité de suivi a été constitué le 5 février 2018 avec, à la tête de la candidature le PNR Scarpe-Escaut, représenté par son Président Gréogry Lelong. L’enjeu de ce classement est la reconnaissance à un niveau international des zones humides de ce territoire, de leur patrimoine naturel et culturel.

Lors de la soirée, 3 conférences ont été présentées par :

  • Mathilde Bouret, chargé d’étude au Parc naturel régional de Scarpe-Escaut, qui a présenté le Projet de labellisation Ramsar
  • Laëtitia Deudon, doctorante en Histoire et enseignante contractuelle à l’UVHC, sur la Géohistoire des paysages d’eau de la vallée de l’Escaut et de la Scarpe
  • Lionel Droin, archéologue, sur l’Histoire de l’eau dans la forteresse médiévale de l’Arsenal à Condé-sur-l’Escaut

  La 1ère présentation (15 min) de Mathilde Bouret (PNR Scarpe-Escaut) a fourni une présentation générale permettant de resituer l’importance des zones humides pour le territoire, en termes de biodiversité, de services rendus et d’usages. M. Bouret a ensuite exposé les caractéristiques générales et les enjeux autour du projet de classement Ramsar, du nom de la ville iranienne où a été signée la 1ère convention sur les zones humides en 1971. Tel que l’indique le PNR Scarpe-Escaut, « Qu’elles soient en milieu urbain ou à leur abord, les zones humides rendent les villes habitables. Il est ainsi essentiel de sensibiliser le public sur le rôle que jouent les zones humides en ville en réduisant les effets de phénomènes extrêmes comme les inondations, les sécheresses et les tempêtes sur les populations humaines et en aidant à renforcer leur résilience ». La candidature Ramsar comporte plusieurs volets dont les critères naturalistes (présence d’espèces rares, diversité des espèces) et un volet « valeurs culturelles et sociales », directement lié au patrimoine historique des zones humides et à l’identité des habitants.

Mathilde Bouret lors de la première présentation, Little Rock Café, cl. L. Deudon

Les différents participants au café, cl. L. Deudon

  La 2nde présentation (45 min) de Laëtitia Deudon proposait de retracer les principales séquences d’évolution des zones humides de l’Escaut et de la Scarpe sur la longue durée, du Moyen Âge à aujourd’hui (11e-21e siècles). D’abord, cette communication visait à rappeler l’importance des zones humides dans les périodes passées à travers la diversité des usages déployés dans ces espaces multifonctionnels constamment parcourus par les Hommes : pêche, chasse (canardière), extraction de tourbe, activités agropastorales & préindustrielles, pisciculture, maraîchage, défense (inondations militaires), activités thermales (sources de St Amand), etc. Ces activités sont développées par les différentes abbayes et seigneuries implantées sur le territoire que les gouaches des Albums de Croÿ permettent de visualiser (meunerie, pêche au filet dans les marais des Six-Villes, pacage, etc.). Ensuite, il a été question des différents travaux d’aménagement des zones humides à travers l’implantation progressive des systèmes de drainage qui ont conduit à l’assèchement partiel des zones humides du bassin de l’Escaut, à travers plusieurs campagnes d’assèchement, entamées au Moyen Âge central et qui se renforcent aux périodes moderne (1731 : Traité de Crespin) et contemporaine à travers les Syndicats de dessèchement des vallées de l’Escaut, de la Scarpe et de la Haine au 19e siècle, associations de propriétaires gérant les réseaux de canaux et de fossés, les travaux de curage et de faucardement des marais. À partir de 1830, ces assèchements, associés à l’industrialisation et l’urbanisation, conduisent à la disparition partielle d’une partie des marais du territoire (marais de Bourlain, de l’Epaix, de Bruay). Au 20e siècle, l’agriculture intensive et les pompages ont parachevé ce processus tandis que de nouvelles zones humides (étangs d’effondrement minier) apparaissent consécutivement à l’activité d’extraction minière (étang de Chabaud-Latour). La faciès actuel des zones humides est directement hérité de ces grandes transformations qui ont métamorphosé le territoire en quelques siècles.

Marais des Six-Villes sur la Scarpe, vers 1600, Albums de Croÿ, Fleuves & Rivières II. Un homme pratique la pêche au filet sur sa barque pendant que du bétail pâture sur l’autre rive.

Pacage du bétail aux Marais de l’Epaix, 1850, Bibliothèque municipale de Valenciennes, fonds Louis Cellier, MS 000001229 0111.

Les zones humides actuelles autour de Condé-sur-l’Escaut, Géoportail IGN.

Pieux de fondation supportant l’enceinte du château qui illustrent l’adaptation des constructions médiévales en zone humide, L. Droin, 2013, droits réservés.

La 3ème présentation (45 min) réalisée par Lionel Droin, responsable scientifique de la fouille programmée du château de l’Arsenal à Condé-sur-l’Escaut, a illustré les différents aspects relatifs à la construction de cette forteresse en zone humide, au confluent de l’Escaut et de la Haine, à travers l’adaptation des constructions dans la zone marécageuse (pieux de fondation), la régulation des flux d’eau (canalisation) et la mise à profit de la proximité des cours d’eau dans l’aménagement du site (défense, économie : construction d’un port intérieur).

La fouille a ainsi révélé des constructions et un mobilier archéologique faisant état de cette adaptation et des activités multiples permises par les rivières et marais du secteur, soulignant ainsi les opportunités économiques et militaires octroyées par la présence de zones humides, confortant l’assise politique et l’emprise de la seigneurie sur son environnement en exerçant un pouvoir sur les cours d’eau à travers un certain nombre prérogatives économiques (écluses avec péages, terres & prairies, viviers, etc.). Le contrôle de la confluence Haine/Escaut et des zones humides a donc constitué un élément majeur dans la montée en puissance des princes territoriaux de la région à la tête de ces espaces productifs que sont les rivières et leurs zones humides.

Les présentations ont été suivies de questions et de discussions (30 min) avec le public rassemblé qui ont tourné autour de la nature et de la portée de la labellisation Ramsar, qui a vocation a devenir un levier pour développer les projets de territoire sur les zones humides, favoriser la protection, la restauration et la mise en valeur d’une partie de la plaine humide de l’Escaut et de la Scarpe, en partie asséchée et industrialisée mais doté d’un patrimoine naturel, culturel et paysager riche et diversifié.

Mathilde Bouret, chargée d’études Ramsar, répondant aux questions du public sur la candidature au label, cl. L. Deudon.

La manifestation s’est conclue sur l’importances d’intégrer les dimensions historiques du territoire dans la gestion et la valorisation des zones humides aujourd’hui, paysages hérités des transformations sur la longue durée.

Laëtitia Deudon, avec la contribution de Mathilde Bouret.

Parution : « Habiter l’inondable. Penser l’inondation comme une opportunité de projet de territoire, en vallée de l’Escaut, en Tournaisis et ailleurs », Faculté d’Architecture, LOCI-UCL, Tournai, février 2018

La Faculté d’Architecture de Tournai et le Contrat de Rivière Escaut-Lys ont présenté le 22 février 2018, à l’occasion de la Journée Transf’eau organisée avec le Syndicat Mixte de l’Escaut & Affluents (SyMEA), la publication « Habiter l’inondable » associant plusieurs chercheurs, architectes et étudiants sur la question des cours d’eau et de leurs atouts dans l’aménagement du territoire.

L’ouvrage, dirigé par Franck Minette et Sébastien Verleene, regroupe plusieurs contributions associant historiens, géographes, architectes, urbanistes pour réfléchir, dans une perspective interdisciplinaire, à la question des espaces inondables et des « hydro-territoires » dans le territoire transfrontalier de la vallée de l’Escaut franco-belge. Il rassemble ainsi des articles retraçant les évolutions historiques du territoire de la vallée de l’Escaut comme celui de Laëtitia Deudon « Une géohistoire de l’aménagement de la vallée de l’Escaut », ceux de Thibault Ghils « Habiter avec ou contre les cours d’eau? » et « Et si les inondations n’étaient pas que des catastrophes? » et celui de Gérard Lamotte « Courte histoire de la vallée du Rieu de Barges ».

Ensuite, le recueil comprend ensuite une série de projets étudiants en architecture et en urbanisme visant à transformer le risque inondation en une opportunité en intégrant les crues et le lit majeur dans les projets d’aménagement (habitations, parcs). Ces projets reposent sur l’adaptation des modes de vie aux réalités du territoire de la vallée de l’Escaut en rétablissant les liens et les structures unissant autrefois les riverains aux cours d’eau, en développant les potentialités offertes, en termes d’usages, des gestion des eaux et de développement touristique et patrimonial, en favorisant la réappropriation des fronts d’eau à travers les projets de restauration des cours d’eau, de création de nouvelles rivières urbaines, de parcs inondables et d’autres projets ayant pour vocation à resserrer les liens société-rivière en créant des espaces d’agrément, des zones d’expansion de crue pour permettre une cohabitation plus harmonieuse avec l’eau.

Enfin, l’ouvrage contient des contributions d’architectes et urbanistes, spécialistes de l’eau et du paysage tel que Thierry Maytraud et Roselyne de Lestrange, qui font état de différents projets relatifs à l’assainissement, à la gestion des eaux pluviales, aux trames éco-paysagères et à la restauration des cours d’eau et fossés.

Tel qu’indiqué en 4e de couverture, la publication marque « la volonté d’envisager une approche spatiale de l’eau qui puisse réduire la vulnérabilité aux inondations de nos territoires tout en améliorant les qualités des espaces de vie, construire de nouveaux paysages, redonner une place à la diversité écologique voire même contribuer aux dynamiques économiques et culturelles ». La Journée Transf’eau ayant accompagnée la présentation de l’ouvrage, a ainsi fourni un espace de réflexion pluridisciplinaire sur la question des cours d’eau et du risque inondation qui a permis de souligner l’importance de faire évoluer les comportements dans la manière d’aménager la plaine inondable de l’Escaut et d’adapter les modes de construction aux réalités du territoire (espace de mobilité des cours d’eau, adaptation des constructions, etc.). Les échanges ont aussi fait ressortir l’importance de maintenir une pluralité d’usages et une « double facette » comprenant à la fois les propriétés écologiques et morphologiques (biodiversité, hydrodynamique) mais également des pratiques de l’eau (pêche, tourisme, etc.) et des aspects culturels et patrimoniaux renforçant l’identité des riverains et la fonctionnalité des cours d’eau pour les habitants. Cette double facette des espaces fluviaux renvoie à l’imbrication entre Nature et Culture, indissociables et qui doivent reposer sur un équilibre entre maintien des propriétés écologiques des rivières et pratiques sociales.

En résumé, cet ouvrage participe à la vaste réflexion sur la problématique de la requalification des cours d’eau et la gestion du risque inondation à travers une gestion intégrée des territoires qui fait appel à un éventail de disciplines (sciences humaines, écologie, architecture) et de spécialistes (techniciens, urbanistes, aménageurs, etc.). Dans cette réflexion, les approches historiques permettent de fournir une meilleure compréhension et gestion du territoire actuel en tant que territoire hérité des évolutions passées, de mieux circonscrire les enjeux et ainsi définir des projets adaptés aux dynamiques environnementales et sociales. Elle permet de remettre en relief les processus qui ont conduit à une transformation des rapports société-rivière, à une disparition partielle des bras d’eau et des zones humides au cours d’eau temps (XIXe et XXe siècles) et à un détachement de la population à ces lieux d’eau, dans une perspective d’accroissement urbain et de diffusion de la pensée hygiéniste reléguant les cours d’eau à un rôle d’exutoire, voûtés et comblés progressivement, tel est le cas de l’Escaut.

Ce livre, destiné aux acteurs du territoire et aux techniciens, permet de remettre en contexte et de resituer les projets d’aménagement actuels visant à la « reconquête » des rivières après une période d’industrialisation et de disparition partielle des cours d’eau qui a introduit une segmentation et à une rupture paysagère forte dans le territoire du Haut-Escaut. Le passé joue alors le rôle d’éclaireur du présent dont la connaissance est fondamentale pour proposer un aménagement du territoire en adéquation avec ces héritages que les gestionnaires et aménageurs doivent connaître et s’approprier.

Laëtitia Deudon.

La Canardière de Condé : un exemple d’hydraulique cynégétique original dans la vallée de l’Escaut

Localisation de la Canardière de Condé-sur-l’Escaut, Carte de Cassini , 18e siècle http://remonterletemps.ign.fr

La Canardière ou Canarderie de Condé-sur-l’Escaut, dont il reste aujourd’hui un lieu-dit en banlieue de la ville près du site de la Fosse Ledoux (prox. Etang de Chabaud-Latour), constituait autrefois un dispositif hydraulique complexe de capture des oiseaux d’eau directement importé de Hollande, pays où cette méthode de chasse s’est particulièrement développée au cours des six derniers siècles.  La canardière de Condé est construite à l’initiative du comte de Bucquoÿ, Charles-Albert de Longueval (1607-1663), officier militaire et grand bailli de Hainaut, sur une zone de marais appartenant à l’abbaye de Crespin, cédée par donation en 1638. Pour bâtir la canardière, le comte fait directement appel à un hollandais, Jean Willame, canardier, dont les fils continueront d’assurer cette fonction jusqu’à la fin du 18e siècle.

La canardière est un dispositif hydraulique élaboré importé de Hollande (eendenkooï : eenden = canards kooï = piège) qui comprend un étang muni de paires de bras latéraux, appelées « pipes » ou « berceaux » en forme de corne de bouc, composées de cerceaux en osier et dont les mailles se resserrent et débouchent sur une trappe pour capturer les canards. L’étang est lui-même entouré d’un réseau de canaux qui permet de gérer les quantités d’eau entrant et sortant de la canardière : http://cairnbraid.com/canardi%C3%A8res.html

Dans le cas de Condé, un canal connecté à la Haine, affluent de l’Escaut, permet d’alimenter l’étang en eau et d’évacuer les eaux superflues, notamment lors des crues. Ces réseaux de fossés sont complétés par des haies d’arbres et d’arbustes ainsi que par un parapet qui permet de dissimuler la canardière de l’extérieur et d’éviter la désertion des canards, très sensibles au bruit. Ensuite, des canards domestiques, nourris par le canardier et donc une partie des ailes est coupée pour éviter leur envol, sont placés dans l’étang. Le but de la manœuvre est d’attirer les canards sauvages afin qu’il rejoigne les oiseaux apprivoisés pour ensuite les capturer dans les berceaux. Pour les attirer, le chien de canardière ou Kooikerhondje, sorte de chien de chasse spécifique, retient l’attention des canards en longeant les berceaux sans bruit et les rabat vers les pièges/trappes situées aux extrémités. Pierre de Navarre, dans ses Antiquités de Valenciennes, laisse une illustration tant étonnante que précise de la canardière de Condé après sa construction  :

La Canarderie de Condé, 17e siècle, dans Pierre de Navarre, Antiquité de Valenciennes, Bibliothèque municipale de Valenciennes, Ms 1205, f°201v°-202r°. Cliché : L. Deudon.

Ce témoignage d’un transfert de techniques hydrauliques hollandaises appliquées à la cynégétique, retient ainsi l’attention de nombreux auteurs du temps, tant ce procédé devait attirer la curiosité des contemporains, qui s’y aventuraient parfois sans autorisation pour jeter un oeil à ce dispositif on ne peut plus particulier et unique dans la région. Le tome 3 des Délices des Pays-Bas, paru en 1769, en fournit ainsi une description très élogieuse :

« On voit aupres de Condé de belles canardieres, qui sont des endroits entrecoupés de petits canaux, & couverts de branches de saules, où, par le moyen de quelques canards apprivoisés & des chiens, on attrape fort agréablement les canards sauvages. On en prend quelquefois aux mois d’Octobre & de Novembre, jusqu’à douze ou treize cents par jour. Ce droit de chasse est réservé au Roi & au Seigneur de Condé; il est même défendu fort rigoureusement de tirer un coup de fusil à une lieue à la ronde, lorsque c’est le temps que les canards sauvages y viennent ».

Le maréchal de France Emmanuel de Croÿ dans son Histoire de Condé, ne tarit pas d’éloges lui aussi au sujet de la canardière en expliquant que celle-ci rapporte plus de 6000 livres par an au début du 18e siècle. Hormis les chroniques, les comptes de la canarderie de Condé, conservés aux Archives de la famille de Croÿ à Dülmen (Allemagne), nous renseignent sur son fonctionnement entre 1658 et 1785. Ils fournissent un compte-rendu détaillé des captures de canards mois par mois et montrent en effet la rentabilité de la canardière au 17e siècle et au début du 18e siècle (1660 : 6263 couples capturés, 1699 : 5441 couples). La plus grande quantité de canards se prend le plus souvent entre octobre et décembre qui correspond à la pleine saison contre la période hivernale et automnale entre mars et juin où les prises sont peu nombreuses (période de reproduction et de couvée).

Après leur capture, les couples de canards sont apportés à l’hôtel du Comte de Bucquoÿ puis du Comte de Solre, qui devient propriétaire de la canardière en 1686 par octroi du Roi, aux abbés de Crespin et au gouverneur de la place-forte qui détiennent une redevance sur la canardière. Le reste est vendu à Condé et dans les villes proches (Valenciennes, Cambrai, Mons, Paris). La rentabilité de la canardière est variable selon les années et souffre régulièrement des perturbations climatiques (inondations, pluies, gel) et militaires (sièges, bruit des soldats, coups de canon) qui conduisent à la désertion des canards. Ainsi, par exemple, les coups de canon de la Bataille de Malplaquet (1709), conduisent à la fuite des canards au grand dam du canardier, ne pouvant rien faire pour les retenir. La canarderie fournit ainsi une parfaite illustration des liens entre l’activité guerrière et les perturbations écologiques imputées à ce type d’aménagement et à la faune résident dans les zones humides.

L’activité de la canardière décline progressivement au cours du 18e siècle, sa productivité est nettement moindre dans les années 1640 (1749 : 172 couples capturés). Après la Révolution, l’émigration des ducs de Croÿ et la vente des terrains découpés en parcelles conduisent à la disparition partielle de la canardière. Une partie de l’étang subsiste toujours néanmoins aujourd’hui, elle est la propriété privée de plusieurs chasseurs et reste un lieu attractif où de nombreux canards nichent encore. Le circuit de la Canarderie, mis en place par le Parc naturel régional de Scarpe-Escaut et le Comité départemental de la randonnée pédestre, permet de découvrir le secteur et ses vestiges :http://www.pnr-scarpe-escaut.fr/sites/default/files/documents/17hainaut-canarderie_00-200dpi-ok.pdf 

Emplacement actuel du hameau de la Canarderie, Géoportail, 2017

Certaines canardières existent toujours aux Pays-Bas dont celle de Waardenburg qui comprend un musée de la canardière qui retrace l’histoire de ce dispositif original qui a traversé les frontières.

Laëtitia Deudon.

Journée d’étude  » Le passé de l’Escaut comme base du futur « , Abbaye Saint-Pierre de Gand, 6 octobre 2017

Une journée d’étude sur l’histoire de l’Escaut aura lieu le 6 octobre 2017  à l’Abbaye St Pierre de Gand de 10 h à 17 h avec pour sujet est ‘Le passé de l’Escaut comme base du futur’.
Les grands axes de cette journée seront l’histoire, l’économie, le territoire, l’aménagement et les relations culture/nature.
Le prof Tim Soens et Patrick Meire de l’université d’ Anvers donneront lecture ainsi que le secrétaire de la Commission Internationale de l’Escaut et plusieurs autres interlocuteurs.
Yves Junot (Université de Valenciennes – Calhiste EA 4343) abordera la question des relations économiques entre Valenciennes et Anvers au 16ème siècle ainsi que des conséquences de la guerre des religions, moment où Valenciennes par l’Union d’ Utrecht s’est détachée de la Pacification de Gand en choisissant le camp catholique de Philippe II d’Espagne. Il sera aussi question des guerres de Louis XIV qui ont détaché Cambrai et Valenciennes des Pays-Bas.
Laëtitia Deudon (Université de Valenciennes – Calhiste EA 4343 / Université de Montréal)  retracera la géohistoire des transformations paysagères de la vallée du Haut-Escaut (12e-21e siècles) (Cambrai-Tournai) à travers l’étude des aménagements hydrauliques, des activités et des usages anciens (navigation, activités militaire et minière, pisciculture, meunerie, usages agro-pastoraux) qui ont contribué à façonner le paysage de la vallée aujourd’hui.
L’un des objectifs de ce symposium est de confronter les données anciennes et actuelles, de mettre le passé en contraste avec l’état actuel du territoire de l’Escaut. L’ enjeu est de permettre une meilleur compréhension des paysages actuels et de fournir des clés de compréhension aux acteurs de l’aménagement et aux gestionnaires de l’environnement, à l’heure où les projets internationaux impliquant l’Escaut sont nombreux.
Renseignements auprès de :
Annelies Mermans
Coordinatrice EscautSchelde 2050
0032499150928