Archives de catégorie : Article

Petite histoire des moulins de valenciennes et de sa banlieue, du Moyen Âge à aujourd’hui [1]

Moulins d’Anzin, connus plus tard sous le nom de moulins de la Citadelle, vue rapprochée du plan de J. Van Deventer, milieu du XVIe siècle .

Du haut de leurs bâtiments séculaires, les moulins du Faubourg de Paris et de Marly constituent les derniers vestiges des moulins de Valenciennes et de sa banlieue, autrefois placés sous la possession des comtes et souverains du Hainaut, de seigneurs locaux et d’autres fondations urbaines (Hôtellerie, abbaye Saint-Jean). Ces nombreux moulins, situés sur l’Escaut (moulins de Trith, moulins-le-Comte, moulins d’Anzin, moulin au Brai Saint-Ladre, tordoir des Ogelens), sur la Rhonelle (moulins de Marly, de Becquereau, du Fossart, moulin Delsaut) et sur d’autres affluents immédiats (moulins des Moulineaux, moulins Saint-Géry, tordoir Balhaut sur la rivière éponyme), faisaient partie intégrante de l’économie urbaine et du développement territorial. Associés à différents usages (défense, industries), les travaux hydrauliques liés aux moulins ont ainsi contribué à façonner la trame urbaine valenciennoise, en la dotant notamment de dérivations et de canaux, qui marqueront durablement sa structure urbaine intramuros.

Des moulins intégrés au domaine des comtes et des souverains du Hainaut

Mentionnés dans les archives dès le XIe siècle siècle, les moulins de Valenciennes et de sa banlieue appartenaient aux comtes de Hainaut . En effet, 1064, Bauduin le Jeune, comte de Hainaut, accorde à l’abbaye de Saint-Saulve le droit de franche mouture sur ses moulins situés sur l’Escaut, au lieu-dit le(s) Bruille(s) (molendinis meis qui sita super Scaldum fluvium in loco qui dicitur Broilus), juste en amont de Valenciennes, aux portes de la ville. Un peu plus tard, en 1087, le nouveau comte, Baudouin II, ratifie l’achat fait par l’abbé d’Hasnon de l’un des deux moulins situés près de Valenciennes au cloître Notre-Dame, appartenant au maire Odon (molendinum ita cedebat Odoni). Ces deux actes semblent référer aux moulins d’Anzin et aux moulins-le-Comte. Ensuite, la chronique d’Henri d’Oultreman fait référence à plusieurs lettres, respectivement datées de 1144 et 1161, au sujet des moulins Delsaux, du Fossart, de Marly et d’Anzin. D’Oultreman mentionne ainsi des lettres de 1144 évoquant le partage des dîmes de Famars et le moulin d’Anzin au profit des chanoines de Saint-Saulve. Il fait référence ensuite à des lettres datées de 1161 dans lesquelles le Prévôt de Valenciennes Gautier Mustel fait don aux moines de l’église Saint-Nicolas de trois muids de blé sur le moulin de le Saulx (de Salicis), de  huit muids sur les moulins souverains (Marly), d’un demi-muid sur le moulin du Fossart.

Les principaux moulins de Valenciennes semblent donc être déjà en place aux XIe-XIIe siècles. Leur existence est ensuite attestée par d’autres actes postérieurs. Ainsi, à la fin du XIIIe siècle, les moulins valenciennois sont répertoriés dans le Cartulaire des cens et rentes dus au comte de Hainaut (1265-1286). L’on apprend à cette occasion que si a li cuens à Valenchiènes II molins qu’on dist les molins Saint-Géri […] Et si a li cuens dehors Valenchienes, au lés devers Trit, IIII molins qu’on apèle molins-le-conte, s’en i a III à blet et I à escorce […] Et si a li cuens en Ansaing IIII molins, de quoi li troi sunt à blet et li quars est à brais […] (Devillers, Léopold, op. cit., p. 11-12 ).

[cartographie en cours ]

Leurs fonctions sont multiples (moulins à blé, à brai, tordoirs à huile, moulin à tan) et tendent progressivement à se diversifier. Ainsi, 1273, la comtesse Marguerite de Flandre concède la rivière Quinquernelle à Gillion Baillehaut afin de construire un moulin à huile sur le cours d’eau qui porte ensuite son nom (rivière Balhaut), en l’échange du paiement d’une rente annuelle. D’autres tordoirs verront aussi le jour entre les XVIe et XVIIe siècles.

Ces moulins font partie des banalités seigneuriales dont jouissent les comtes et seigneurs à l’intérieur de leur juridiction, sur lesquels ils perçoivent des droits de mouture, appelés mosnée, de différentes valeurs, allant de la 16e à la 21e portion de grains produits. Les habitants sont alors tenus de moudre aux moulins banaux, sous peine de confiscation des grains et farine. Ces équipements urbains rapportent donc un revenu non négligeable à leurs propriétaires.En échange, ceux-ci doivent entretenir et réparer ces infrastructures pour les maintenir en bon état de fonctionnement pour la subsistance des citadins et habitants des faubourgs. C’est pourquoi ils figurent dans les différents comptes du domaine de Hainaut. Ces comptabilités montrent que les moulins font l’objet de travaux de réfection réguliers de leurs chemins d’accès et des ouvrages hydrauliques, sous la supervision du maître-charpentier de la Salle-le-Comte, résidence et centre administratif du comte de Hainaut.


Comptes de travaux effectués aux moulins-le-Comte en 1573-1574, AD59, Comptabilités du domaine de Hainaut, B 9999, f°116v°

Les vicissitudes des guerres et des catastrophes naturelles sur les moulins

Ces réparations fréquentes sont également liées aux guerres et sièges qui marquent fortement la région frontalière de la vallée de l’Escaut aux époques médiévale et moderne. En effet, les moulins sont démolis ou incendiés à plusieurs reprises lors des chevauchées de la Guerre de Cent Ans et des guerres de Louis XI dans le Hainaut qui détruisent tout sur leur passage. Ainsi, en 1340, l’armée française fait abattre les moulins du Comte situés près du pont de Trith , d’après ce qu’en rapportent les chroniques de Froissart. De surcroît, ce dernier rapporte que, pendant une chevauchée, le duc de Normandie et ses alliés ( ex : le comte de Châtillon) font incendier la ville et abattre tous les moulins situés sur la Rhonelle.

Les moulins valenciennois subissent ainsi successivement les destructions liées à la guerre de Cent-Ans, aux guerres iconoclastes, au conflit franco-espagnol, aux troubles révolutionnaires et celles de la Première Guerre Mondiale. Par conséquent, la reprise de l’activité économique après ces guerres est difficile, comme en témoignent les comptabilités du domaine de Hainaut, avec un chômage des moulins parfois pendant plusieurs mois, entre autres causé par la fermeture des portes de la ville qui coupent les possibilités d’approvisionnement en farine et en blé entre la cité et les habitants de l’extérieur, et donc la possibilité de moudre.

Siège et prise de la redoute de Valenciennes en 1576 par Hogenberg, AMV, V-N16HOG0002 .
L’on y aperçoit le moulin à droite de la porte d’Anzin dans ce qui constitue la future citadelle, alors que les troupes s’affairent sur le pont qui enjambent l’Escaut, reconstruit au 18e siècle sous le nom de pont de la Citadelle, dans le parc éponyme situé près du parking Lacuzon et du pont Villars actuel.

Les moulins souffrent ensuite des inondations répétées de l’Escaut et de ses tributaires. Par exemple, au XVIe siècle, les moulins valenciennois sont à plusieurs reprises « a jocques », c’est-à-dire hors-service, incapables de moudre à cause des crues d’eau répétées survenues à la suite d’intempéries. Ainsi, du 3 au 12 janvier 1573, les « grandes eauwes » survenues pendant l’hiver empêchent le moulin Saint-Géry de tourner et rompent « tous les harnaz travaillans dudit molin ». Pour y remédier, on détourne alors les eaux hors de la ville grâce à l’écluse de la Brétèque ( prox. l’actuelle écluse des Repenties). Il en va de même pour les moulins-le-Comte et les moulins d’Anzin qui ne peuvent moudre du 15 au 22 décembre 1573 à cause d’une autre inondation saisonnière de l’Escaut.

Par conséquent, l’activité militaire et les aléas climatiques scandent le fonctionnement des moulins valenciennois, du XIVe au XXe siècle.

___________________________________________________________________________

La transformation des moulins valenciennois aux époques moderne et contemporaine

A partir du règne de l’empereur Charles Quint puis sous la monarchie française, les moulins valenciennois sont intégrés au domaine du roi et le resteront jusqu’à la Révolution française. Ils prennent alors le nom de Moulins Notre-Dame, puis de Moulins du Faubourg de Paris après 1789. Après l’abolition des droits féodaux, les moulins sont ensuite rachetés par différents entrepreneurs (Srs Lamoninary, Pillon, Chartiaux, Diwuy, Emil Durieux) ou associés (Dervillé & Cie) qui modernisent les bâtiments et les dotent des nouvelles technologies hydrauliques du temps (roues Poncelet/Sagebien, turbines). Ils sont par conséquent rebaptisés du nom de leurs propriétaires successifs, dont un certain Giard, nom que l’on retrouve sur les cartes postales illustrant les moulins du Faubourg de Paris. De plus, ces usines suivent les changements liés au développement urbain et à l’industrialisation du territoire. Au cours de leur vie, ces moulins connaissent différentes transformations et changements d’affectation, jusqu’à leur disparition à l’époque contemporaine, liée aux guerres, aux incendies (1914 : incendie du moulin Saint-Géry), aux abandons et à la démolition des établissements insalubres. Ainsi, les moulins des Moulineaux, de la Citadelle, et de Saint-Géry sont respectivement rachetés par la l’Etat puis par la Ville en 1887, en 1909 et en 1920 et leurs chutes d’eau supprimées, avant d’être définitivement détruits.

Ainsi, du Moyen Âge à aujourd’hui, ces installations meunières suivent le souffle de l’histoire valenciennoise et marquent encore aujourd’hui la mémoire des habitants, malgré la disparition de la majorité d’entre eux. Toutefois, du haut de son bâtiment séculaire, l’ancien moulin du faubourg Notre-Dame reste l’un des derniers témoins des anciens moulins valenciennois. Son bâtiment industriel réhabilité, que l’on reconnaît bien, abrite aujourd’hui la Maison des Associations au 84 rue du Faubourg de Paris, près du pont de l’avenue Faidherbe : https://www.valenciennes.fr/decouvrir-la-ville/sa-vie-associative/maison-des-associations.html

L’emplacement des autres moulins est quant à lui immortalisé dans la toponymie urbaine, en laissant leur nom à plusieurs rues de la ville (rue des Moulineaux, rue Delsaut). Une archéologie des ces ouvrages hydrauliques permettrait de revenir sur les traces de ces aménagements et de mieux comprendre de leur relation au réseau hydrographique urbain, aujourd’hui complètement disparu et invisible au yeux des Valenciennois.

Rue des Moulineaux actuelle, légèrement en arrière de la rue originelle, actuellement sous la rue de la Vieille Poissonnerie, Google Maps.

___________________________________________________________________________

Plan en élévation du moulin Moneuse situé au faubourg de Paris, 1815, AD59, 141 J 455.
Plan des moulins des Moulineaux, situés près de l’actuelle place du Commerce, derrière la Place d’Armes, fin 19e siècle, 141 J 455
Vannage des Moulineaux, rue des Anges
Le moulin Giard, détruit lors de la guerre 14-18, BMV, Patrimoine numérique, don Claude Martin, MAR 3337
L’ancien moulin de la citadelle, dont il reste les fondations apparentes, dans le parc du même nom, début XXe siècle

[…] à suivre !

La Canardière de Condé : un exemple d’hydraulique cynégétique original dans la vallée de l’Escaut

Localisation de la Canardière de Condé-sur-l’Escaut, Carte de Cassini , 18e siècle http://remonterletemps.ign.fr

La Canardière ou Canarderie de Condé-sur-l’Escaut, dont il reste aujourd’hui un lieu-dit en banlieue de la ville près du site de la Fosse Ledoux (prox. Etang de Chabaud-Latour), constituait autrefois un dispositif hydraulique complexe de capture des oiseaux d’eau directement importé de Hollande, pays où cette méthode de chasse s’est particulièrement développée au cours des six derniers siècles.  La canardière de Condé est construite à l’initiative du comte de Bucquoÿ, Charles-Albert de Longueval (1607-1663), officier militaire et grand bailli de Hainaut, sur une zone de marais appartenant à l’abbaye de Crespin, cédée par donation en 1638. Pour bâtir la canardière, le comte fait directement appel à un hollandais, Jean Willame, canardier, dont les fils continueront d’assurer cette fonction jusqu’à la fin du 18e siècle.

La canardière est un dispositif hydraulique élaboré importé de Hollande (eendenkooï : eenden = canards kooï = piège) qui comprend un étang muni de paires de bras latéraux, appelées « pipes » ou « berceaux » en forme de corne de bouc, composées de cerceaux en osier et dont les mailles se resserrent et débouchent sur une trappe pour capturer les canards. L’étang est lui-même entouré d’un réseau de canaux qui permet de gérer les quantités d’eau entrant et sortant de la canardière : http://cairnbraid.com/canardi%C3%A8res.html

Dans le cas de Condé, un canal connecté à la Haine, affluent de l’Escaut, permet d’alimenter l’étang en eau et d’évacuer les eaux superflues, notamment lors des crues. Ces réseaux de fossés sont complétés par des haies d’arbres et d’arbustes ainsi que par un parapet qui permet de dissimuler la canardière de l’extérieur et d’éviter la désertion des canards, très sensibles au bruit. Ensuite, des canards domestiques, nourris par le canardier et donc une partie des ailes est coupée pour éviter leur envol, sont placés dans l’étang. Le but de la manœuvre est d’attirer les canards sauvages afin qu’il rejoigne les oiseaux apprivoisés pour ensuite les capturer dans les berceaux. Pour les attirer, le chien de canardière ou Kooikerhondje, sorte de chien de chasse spécifique, retient l’attention des canards en longeant les berceaux sans bruit et les rabat vers les pièges/trappes situées aux extrémités. Pierre de Navarre, dans ses Antiquités de Valenciennes, laisse une illustration tant étonnante que précise de la canardière de Condé après sa construction  :

La Canarderie de Condé, 17e siècle, dans Pierre de Navarre, Antiquité de Valenciennes, Bibliothèque municipale de Valenciennes, Ms 1205, f°201v°-202r°. Cliché : L. Deudon.

Ce témoignage d’un transfert de techniques hydrauliques hollandaises appliquées à la cynégétique, retient ainsi l’attention de nombreux auteurs du temps, tant ce procédé devait attirer la curiosité des contemporains, qui s’y aventuraient parfois sans autorisation pour jeter un oeil à ce dispositif on ne peut plus particulier et unique dans la région. Le tome 3 des Délices des Pays-Bas, paru en 1769, en fournit ainsi une description très élogieuse :

« On voit aupres de Condé de belles canardieres, qui sont des endroits entrecoupés de petits canaux, & couverts de branches de saules, où, par le moyen de quelques canards apprivoisés & des chiens, on attrape fort agréablement les canards sauvages. On en prend quelquefois aux mois d’Octobre & de Novembre, jusqu’à douze ou treize cents par jour. Ce droit de chasse est réservé au Roi & au Seigneur de Condé; il est même défendu fort rigoureusement de tirer un coup de fusil à une lieue à la ronde, lorsque c’est le temps que les canards sauvages y viennent ».

Le maréchal de France Emmanuel de Croÿ dans son Histoire de Condé, ne tarit pas d’éloges lui aussi au sujet de la canardière en expliquant que celle-ci rapporte plus de 6000 livres par an au début du 18e siècle. Hormis les chroniques, les comptes de la canarderie de Condé, conservés aux Archives de la famille de Croÿ à Dülmen (Allemagne), nous renseignent sur son fonctionnement entre 1658 et 1785. Ils fournissent un compte-rendu détaillé des captures de canards mois par mois et montrent en effet la rentabilité de la canardière au 17e siècle et au début du 18e siècle (1660 : 6263 couples capturés, 1699 : 5441 couples). La plus grande quantité de canards se prend le plus souvent entre octobre et décembre qui correspond à la pleine saison contre la période hivernale et automnale entre mars et juin où les prises sont peu nombreuses (période de reproduction et de couvée).

Après leur capture, les couples de canards sont apportés à l’hôtel du Comte de Bucquoÿ puis du Comte de Solre, qui devient propriétaire de la canardière en 1686 par octroi du Roi, aux abbés de Crespin et au gouverneur de la place-forte qui détiennent une redevance sur la canardière. Le reste est vendu à Condé et dans les villes proches (Valenciennes, Cambrai, Mons, Paris). La rentabilité de la canardière est variable selon les années et souffre régulièrement des perturbations climatiques (inondations, pluies, gel) et militaires (sièges, bruit des soldats, coups de canon) qui conduisent à la désertion des canards. Ainsi, par exemple, les coups de canon de la Bataille de Malplaquet (1709), conduisent à la fuite des canards au grand dam du canardier, ne pouvant rien faire pour les retenir. La canarderie fournit ainsi une parfaite illustration des liens entre l’activité guerrière et les perturbations écologiques imputées à ce type d’aménagement et à la faune résident dans les zones humides.

L’activité de la canardière décline progressivement au cours du 18e siècle, sa productivité est nettement moindre dans les années 1640 (1749 : 172 couples capturés). Après la Révolution, l’émigration des ducs de Croÿ et la vente des terrains découpés en parcelles conduisent à la disparition partielle de la canardière. Une partie de l’étang subsiste toujours néanmoins aujourd’hui, elle est la propriété privée de plusieurs chasseurs et reste un lieu attractif où de nombreux canards nichent encore. Le circuit de la Canarderie, mis en place par le Parc naturel régional de Scarpe-Escaut et le Comité départemental de la randonnée pédestre, permet de découvrir le secteur et ses vestiges :http://www.pnr-scarpe-escaut.fr/sites/default/files/documents/17hainaut-canarderie_00-200dpi-ok.pdf 

Emplacement actuel du hameau de la Canarderie, Géoportail, 2017

Certaines canardières existent toujours aux Pays-Bas dont celle de Waardenburg qui comprend un musée de la canardière qui retrace l’histoire de ce dispositif original qui a traversé les frontières.

Laëtitia Deudon.

Pour une histoire des inondations et de la vulnérabilité dans la vallée de l’Escaut

Si les politiques de prévention du risques (PPRI) sont aujourd’hui au coeur des réflexions des gestionnaires et des politiques régionales au sein de la vallée de l’Escaut, la question n’est pas neuve et trouve ses racines plusieurs siècles auparavant où la question des inondations constituait déjà un problème majeur pour les populations riveraines depuis plusieurs siècles. L’étude des inondations anciennes, de leurs causes, leurs conséquences et les moyens mis en oeuvre pour remédier à celles-ci éclaire sur la compréhension du territoire actuel. Les situations passées peuvent aider les acteurs de l’environnement d’aujourd’hui à mieux saisir ce phénomène sur le temps long et à mieux comprendre et gérer les enjeux actuels, d’anticiper certaines situations et d’élaborer des stratégies et prospectives tenant compte de cet héritage passé. C’est pourquoi, dans l’objectif d’éclairer le présent, nous nous proposons de retracer une brève histoire des inondations dans la vallée de l’Escaut, des moyens humains (fonctionnaires, ingénieurs, ouvriers), techniques (assèchement des marais, endiguement) et juridiques (traités et règlements spécifiques) mis en oeuvre pour lutter contre les crues récurrentes, assécher les terres et développer le territoire tout en assurant le maintien des activités (économiques, commerciales, artisanales, agro-pastorales etc.) entre la fin du Moyen Age et l’époque contemporaine.

L’ Escaut a une propension naturelle au débordement par sa faible pente et le profil très plat de son lit majeur. Sa vallée est de ce fait ponctuée par la présence de nombreuses zones humides et méandres, notamment dans sa section comprise entre Valenciennes et Condé, marquée par une déclivité quasi-nulle du cours d’eau. De plus, les aléas hydroclimatiques, à savoir les fortes pluies, la fonte des neiges, les orages entraînent des crues saisonnières récurrentes. Les villes de la vallée du Haut-Escaut, Cambrai, Bouchain, Valenciennes, Condé, Tournai font régulièrement face à des débordements depuis le XIIIe siècle, et ce jusqu’au XIXe siècle (Leguay, 2014). Les chroniques des historiens de l’époque, les sources écrites, iconographiques (enluminures, aquarelles) et cartographiques rapportent ces débordements fréquents du fleuve en détaillant l’impact de ceux-ci sur les riverains.

Si la fréquence des crues est relativement bien documentée par la date de chaque événement, leur intensité, c’est-à-dire leur importance, l’est beaucoup moins. L’imprécision et la subjectivité des sources pour la période moderne permettent peu de quantifier ce phénomène. Toutefois, la mémoire du risque transmise de génération en génération permet de retenir certaines inondations « extraordinaires » telles l’inondation de 1532 à Valenciennes, illustrée par l’enlumineur Hubert Cailleau. L’inondation en ville reste un phénomène surprenant et spectaculaire qui laisse de nombreux témoignages écrits qui fournissent en général une description détaillée des événements et de leurs conséquences. Ces récits commencent souvent par une description des causes de la montée des eaux (dégel, orage, fortes pluies) puis détaillent la progression de l’inondation dans la ville et ses conséquences sur les habitations, les rues et les édifices publics, les biens personnels et les activités économiques avec un accent mis sur la détresse de la population face à la catastrophe. Le champ lexical du religieux est souvent utilisé : « fléau », « calamité », « désastre » sont là pour renforcer le caractère catastrophique et renvoient le plus souvent au récit du Déluge. Tel est le cas pour l’inondation de 1532 touchant les villes de l’Escaut (Cambrai, Valenciennes), considérée par la population comme une punition divine. Les crues en villes ont souvent des conséquences désastreuses, ruinent les maisons, les activités économiques et mettent en péril la vie des habitants. En milieu rural, les crues sont tout aussi dévastatrices puisqu’elles emportent les granges, foins, noient les terres, les prairies et tuent le bétail. Au cours du 18e siècle, les terres de la plaine humide de l’Escaut comprises entre Valenciennes et Condé sont régulièrement sous les eaux, ce qui a encouragé les autorités et les communautés riveraines à entreprendre d’importantes campagnes d’assèchement des terres et de rehaussement des digues.

L’ étude de la documentation écrite témoigne de travaux d’assèchement et de protection contre les inondations dès les XIIe-XIIIe siècles, souvent entrepris par les communautés religieuses  et les autorités seigneuriales pour drainer les terres et les rendre cultivables et constructibles. L’abbaye de Vaucelles, dans le Cambrésis, aurait ainsi effectué dès travaux d’écoulement des eaux dès sa fondation au XIIe siècle. Dans la région de Condé, la présence de fossés est attestée dès le XIIIe siècle (fossé de Thivencelle). Ces dates coïncident avec les travaux d’assèchement effectués dans la vallée de la Scarpe à la même période et réalisés par les abbayes (Saint-Amand, Hasnon) dans un contexte de croissance démographique où le besoin en terres arables s’accroît fortement (Deligne, 1998).

Les fouilles archéologiques menées dans la vallée témoignent de réseaux de fossés de drainage à la fin du Moyen Âge, voire plus tôt. De nombreux canaux sont creusés dans le Cambrésis, le Valenciennois et le Tournésis. Leurs mentions dans les textes commencent à être de plus en plus fréquentes à partir des XVIe-XVIIe siècles, moment où les travaux d’assèchement sont intensifiés. La région de Condé, très humide, frappée par les crues récurrentes, constituent l’une des régions comportant le plus de canaux d’assèchement (canal de la Savernière, canal du Jard).  Elle constitue l’un des secteurs de la vallée de l’Escaut où l’enjeu de protection contre les inondations est l’un des plus importants avec une contradiction : la volonté d’assécher les terres et prairies régulièrement dévastées par les crues tout en maintenant la pratique de l’inondation défensive, au nom de la défense du royaume, dans une zone frontalière particulièrement stratégique qui sera intégrée au royaume de France après la paix de Nimègue (1678).

À partir de la Conquête française de 1676-1677, les ingénieurs  du roi commencent le percement de nombreux canaux et fossés de drainage afin d’éponger les terres humides et faciliter l’évacuation rapide des eaux en cas de crue et lors des inondations militaires. Ce système se structure et se complexifie au XVIIIe siècle avec l’ajout de canaux de décharge et d’aqueducs au point de complètement quadriller le paysage de la vallée de l’Escaut. Une grande campagne de drainage est réalisée dans les années 1730 suite au traité de Crespin signé le 15 juin 1731 à l’abbaye éponyme qui apporte les résultats espérés. Ces travaux s’accompagnent du développement de tout un arsenal législatif pour imposer un entretien régulier du système hydraulique, réglementer l’aménagement et lutter contre les pratiques illicites (labours sur digues, barrages sauvages, buses placées illégalement). Cependant, ces mesures se heurtent aux usages locaux qui persistent et font fi de ces règlements qui heurtent leurs pratiques. Des infractions et délits sont perpétrés par les communautés rurales, les habitants ne veillent pas toujours à l’entretien des canaux ce qui conduit à un échec de cette première politique de drainage marquée par une recrudescence des inondations vingt ans plus tard, vers 1750. Pour pallier le problème, les travaux d’assèchement sont couplés à de grands travaux de modification de l’Escaut. Plusieurs redressements de méandres sont effectués pour donner un cours direct à la rivière afin de la rendre navigable et contrôler son débit et son lit est élargi, approfondi et endigué. Cependant, la volonté de l’État se heurte à la population locale qui s’oppose à la canalisation de l’Escaut. Néanmoins, la volonté royale s’impose sur celle des riverains et les travaux de canalisation sont maintenus et poursuivis jusqu’à la fin du siècle de même que les opérations de dessèchement.

Le XIXe siècle est quant à lui marqué par la poursuite des politiques d’assèchement et de canalisation engagées au siècle précédent à la seule différence que les zones humides sont désormais gérées via un syndicat et une commission de dessèchement (Syndicat de de dessèchement de la vallée de la Haine et de l’Escaut) composés des différents propriétaires des prairies humides, significatifs d’un retour à une gestion locale cette fois plus concertée. Une nouvelle phase de travaux de modification de l’Escaut (redressement, endiguement) et de ses marais voit le jour à partir de 1830 qui met en application les dernières prouesses en matière d’ouvrages d’art (écluses à sas, aqueducs siphon, bras de décharge, etc.). Il faut cependant attendre l’achèvement des travaux de canalisation et de drainage à la fin du siècle, les assèchements mécaniques (Condé-sur-l’Escaut) ainsi que le recouvrement progressif des rivières et des canaux urbains aux XIXe-XXesiècles pour mettre fin durablement aux inondations et à cette vulnérabilité longue des sociétés riveraines de l’Escaut.

Le paysage actuel de la vallée de l’Escaut résulte de ces intenses transformations effectuées sur le temps long. L’intensité des assèchements à conduit à la raréfaction des zones humides encourageant les politiques de préservation à différents niveaux (PNR Scarpe-Escaut, Espaces naturels sensibles, SAGE-Escaut). Les rares canaux de drainage (canal du Jard) encore présents sont intégrés au patrimoine culturel et naturel. Les roselières sont protégées et font l’objet de mesures spécifiques de protection et de valorisation.

La canalisation de l’Escaut et le recouvrement progressif de ses bras en milieu urbain aux 19e et 20e siècles, notamment dans les villes de Cambrai et Valenciennes,  a conduit à faire disparaître la rivière du paysage urbain au nom de la protection contre les inondations et de la salubrité publique. La question de la requalification et de la réintégration des anciens cours d’eau urbains est aujourd’hui au coeur des réflexions. De nombreuses mesures ont été prises pour faire redécouvrir et mettre en valeur les fronts d’eau de la vallée mais les politiques restent essentiellement centrées autour du canal de navigation en valorisant le tourisme fluvial. Certains bras morts ou anciennes portion du cours d’eau ont été restaurées (Parc de la citadelle à Valenciennes, Mortagne) mais, crainte du passée peut-être, l’eau reste absente de la ville malgré certains projets visant à réintroduire l’eau en centre-ville (Coulée Verte de Valenciennes, bases nautiques crées depuis les étangs d’affaissement). L’un des défis actuels est de permettre cette présence de l’eau en ville et de contribuer à renouer les liens entre les habitants et les cours d’eau en assurant la protection des riverains face au risque inondation.

L.D.